Sir Edwards Burne-Jones

Le peintre britannique sir Edward Burne-Jones

Une éblouissante exposition à apprécier au musée de la Tate Britain de Londres jusqu'au 24 février 2019.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville

Publié le 4 janvier 2019

Auteur : Gilles Castelnau

Lire directement l’article sur Protestants dans la Ville

C’est une très grande et éblouissante exposition que nous offre le musée de la Tate Britain de Londres.
On est habitué en France à être piqué de curiosité et parfois ému par les drames humains – souvent orientaux – qu’un Gérôme nous montre avec un réalisme saisissant.
On aime toujours les reflets sur l’eau et la lumière dans les branches de CorotMonet et des autres impressionnistes.
Certes Paul Gauguin nous a fait rêver avec ses tableaux de vahinés et de plantes luxuriantes aux îles Marquise.
Mais seul Gustave Moreau a imaginé, en France, une peinture symboliste.

Il en est tout autrement de Burne-Jones ! Avec ses représentations imaginaires et fantastiques, il a été une très grande figure de l’art de l’ère victorienne. Il a fait partie avec Hunt, Morris, Rossetti et Millais de la confrérie des préraphaélites.

C’était un groupe éphémère de jeunes peintres novateurs qui reprochaient au merveilleux portraitiste qu’avait été le grand Raphaël d’être à l’origine d’une ennuyeuse peinture académique, conventionnelle et inexpressive, indigne de l’humanité. Ils entendaient remonter au-delà de Raphaël dans l’explosion humaniste de la Première renaissance italienne Quattrocento et avaient ajouté à un tableau de Raphaël : « cracher ici » !
Après en avoir été un membre fondateur, Burne-Jones s’en était détaché mais en conservait l’idéal.

Cette exposition nous montré qu’il proposait une vision – très belle – des mythes et des légendes de l’antiquité et de l’imaginaire anglais. Il emmenait ses visiteurs bien loin du monde présent, dans un univers jamais déplaisant, toujours peuplé d’hommes et surtout de femmes jeunes et beaux, présentant presque tous, étrangement, le même visage mélancolique et méditatif.

On traverse ainsi, dans ces grandes salles de la Tate Britain, des scènes oniriques dans une […]

Lire la suite sur Protestants dans la Ville

Sur le même thème

Georges Focus, la folie d'un peintre de Louis XIV

Georges Focus, la folie d’un peintre de Louis XIV

Une exposition à découvrir à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts, à Paris, jusqu'au 6 janvier 2019.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville
Panorama cubiste

Panorama cubiste

300 tableaux à découvrir jusqu’au 24 février 2019 au Centre Pompidou, à Paris.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville
Un rêve d’Italie, la collection du marquis Campana

Un rêve d’Italie, la collection du marquis Campana

La plus grande collection privée d’objets d’art italiens du 19e siècle est à découvrir au musée du Louvre jusqu’au 18 février 2019.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestants dans la Ville

Dans l’esprit du protestantisme, des pasteurs, une journaliste, des théologiens membres de l’Église protestante unie, des théologiens américains ou anglais, intégrés dans la vie de notre société, solidaires de la construction pour demain d’un monde meilleur, partagent librement avec vous leur foi et leur enthousiasme.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants