Les protestants et la première guerre mondiale

Les protestants et la première guerre mondiale

L’« Union sacrée » réunit toutes les familles protestantes : l’Allemagne était la coupable et la guerre devait être courte.

Un contenu proposé par Musée protestant

Publié le 12 novembre 2014

Auteur : Pascale Gruson

Lire directement l’article sur Musée protestant

Mais l’hécatombe apporte un cruel démenti, que beaucoup de chrétiens ont ressenti comme une faillite, devant conduire à une rénovation.

La communauté protestante

Au début de l’année 1914, la communauté protestante comportait 81.000 luthériens et 548.000 réformés, ces derniers réunis au sein de la Fédération protestante de France créée en 1909. Au total, les protestants, qui constituaient 2,6% de la population française au milieu de XIXe, n’en constituent plus que 1,6 % du fait de la perte de l’Alsace Lorraine.

L’ « union sacrée »

La déclaration de guerre de l’Allemagne à la France du 3 août 1914 est accueillie avec angoisse, les protestants ont réagi comme l’immense majorité de leurs compatriotes : la détermination et le sens du devoir l’emportent, abolissant les divergences entre les partisans de la fermeté et les pacifistes. Les conflits politiques et religieux qui ont si souvent déchiré le pays sont gommés, le sentiment de légitime défense, voire un désir de revanche contre l’agression de l’Allemagne, est unanime. Protestants et catholiques, qu’ils soient soldats ou aumôniers se rapprochent. Toutes les  « familles spirituelles » de France sont réunies. La notion de « protestants dreyfusards » est oubliée, de même que l’insinuation selon laquelle le conflit oppose l’Allemagne protestante de Luther à la France catholique de Jeanne d’Arc est vivement rejetée par le plus grand nombre. L’Angleterre alliée de la France est protestante et l’entrée en guerre en 1917 des Etats-Unis protestants efface les controverses. […]

Photo : Aumonier Daniel Saintenac à Ly Fontaine © Direction de l’Aumônerie Protestante aux Armées (DAPA)

Lire la suite sur Musée protestant

Dans la même rubrique...

Antigone… mon cœur me dit !

La réalisatrice canadienne Sophie Deraspe dresse le portrait saisissant d’une famille en crise en adaptant librement Antigone l’œuvre de Sophocle dans la ville de Montréal. Au cinéma le 2 septembre.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

« Counterpart », à découvrir de toute urgence

Il s'agit d'une excellente série d’espionnage, teintée de SF, non sans une certaine dimension métaphysique.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Lectures pour tous

Bien que mises en difficulté par la pandémie, les maisons d’édition proposent en cette rentrée de merveilleux ouvrages qui nous instruisent ou nous invitent au songe.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Mignonnes

Premier long métrage de la réalisatrice Maïmouna Doucouré, « Mignonnes » a reçu le Prix de la meilleure réalisation au festival de Sundance 2020.

Un contenu proposé par Pro-Fil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Musée protestant

Créé en 2003,  Musée protestant (anciennement Musée virtuel du protestantisme) propose plus de 1000 notices (grandes dates, personnalités, art-patrimoine…) illustrées par 3000 images. Elles sont enrichies de vidéos, de documents et de références bibliographiques, et sont accessibles en français, en anglais et en allemand. Le Musée est réalisé en collaboration avec la Société de l’histoire du protestantisme français.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast