Mai 1968 : le protestantisme contestataire

Mai 1968 : le protestantisme contestataire

En mai 1968, le « gauchisme » étudiant est à son apogée, et quelques fortes personnalités protestantes le soutiennent. Retour sur les engagements protestants des années 60.

Un contenu proposé par Musée protestant

Publié le 4 mars 2015

Auteur : Daniel Fries

Lire directement l’article sur Musée protestant

La décolonisation

Le conseil de l’ERF, les synodes régionaux ou nationaux prendront position à de nombreuses reprises en faveur de l’émancipation des différentes colonies. Dès 1947, ils condamnent les exactions commises à Madagascar – vieille terre de mission protestante  : « nous refusons les méthodes nazies » peut-on lire dans la revue Le Semeur ou dans Foi et Vie.

La majorité des protestants suit les prises de position de ses représentants en ce qui concerne l’Algérie. En 1957, le conseil de la Fédération Protestante de France adjure les pouvoirs publics de mettre un terme aux méthodes utilisées en Algérie. Les questions de la torture, de l’insoumission, de l’objection de conscience ont été ouvertement abordées. Les jeunes protestants sont nombreux parmi les insoumis de 1960 et le pasteur Etienne Mathiot, ancien résistant poursuivi par la Gestapo, est condamné à 8 mois de prison en mars 1958 pour avoir hébergé et fait passer en Suisse un responsable algérien.

Critiques de la société contemporaine

Confrontés aux profondes transformations qui on marqué la société françaises, certains adoptent des positions critiques, d’autres sont plus pragmatiques. Si «  au début des années 1960, une partie des instances dirigeantes du protestantisme français donne l’impression de céder à une sorte d’emballement révolutionnaire, entre théologie et marxisme » (P. Cabanel), par contre, en 1963, Jacques Ellul ironise sur ces chrétiens qui « ne verraient pas d’autre possibilité d’être présents au monde que de s’engager dans la politique ou de faire partie d’un syndicat ». […]

Lire la suite sur Musée protestant

Dans la même rubrique...

Mes séries pour un dimanche d'automne

Mes séries pour un dimanche d’automne

Voici mes dernières découvertes à apprécier au chaud muni d'un bon thé !

Un contenu proposé par Le bal littéraire des sardines
« The Happy Prince »

« The Happy Prince », docteur Everett et mister Wilde

L’acteur britannique Rupert Everett réalise son premier long métrage sur les trois dernières années d’Oscar Wilde, marquées par un violent échec amoureux, la pauvreté et la maladie.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
Maman entends-tu le vent ?

Maman entends-tu le vent ?

En août 2013, à 19 ans, Sabri fait partie des premiers jeunes de Belgique à rejoindre la Syrie. Ce lire est le récit de vie de sa mère.

Un contenu proposé par LibreSens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Musée protestant

Créé en 2003,  Musée protestant (anciennement Musée virtuel du protestantisme) propose plus de 1000 notices (grandes dates, personnalités, art-patrimoine…) illustrées par 3000 images. Elles sont enrichies de vidéos, de documents et de références bibliographiques, et sont accessibles en français, en anglais et en allemand. Le Musée est réalisé en collaboration avec la Société de l’histoire du protestantisme français.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants