Pourquoi l’art contemporain ne me dit rien ?

Pourquoi l’art contemporain ne me dit rien ?

Les musées d’art contemporain ne m’attirent guère. Je l’avoue...

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 22 septembre 2017

Auteur : Christophe Jacon

Je ne saurais dire si c’est l’art lui-même qui ne suscite en moi aucune émotion, si c’est le caractère élitiste de cet art ou le rapport au temps qu’il induit. Sans doute un peu des trois.

L’art m’est devenu incompréhensible. Autant je fréquente avec plaisir les toiles de l’école flamande, par exemple, avec l’illustre Rembrandt, autant j’affectionne les impressionnistes, Monet et Van Gogh en tête, autant les œuvres d’un Picasso ou d’un Dali m’émeuvent et m’interpellent, autant je reste stoïque devant les œuvres d’art que le Musée Beaubourg se fait un point d’honneur à exposer ! Heureusement qu’il y a des émissions comme d’Art-d’Art, sur France 2, pour m’aider à comprendre – apprécier ? – cet art quelque peu abscons…

Musée du présent

Le côté abstrait de cet art, la difficulté qu’il y a à le comprendre est sans doute ce qui m’en éloigne. Mon côté protestant me lie à un sens déchiffrable. Lisible. Compréhensible par tous. Sans
médiation. Avec Luther, je plaide pour la langue du peuple contre le latin ! Je plaide pour l’art figuratif contre l’art abstrait ! Plus fondamentalement peut-être, l’art contemporain me révulse par son « présentéisme ». Beaubourg en est l’illustration : un musée non pour l’art qui a été fait mais pour « l’art en train de se faire » (François Hartog) ! Autrement dit : un musée qui non seulement tourne le dos au passé mais se ferme au futur. Comme si seul le présent était nécessaire. Luther aurait peut-être reconnu dans cette attitude, celle d’un homme « recroquevillé sur lui-même ». Pécheur. Tellement sûr d’être au centre du monde, petit dieu, qu’il n’a pas à apprendre du passé et n’a rien à attendre de l’avenir. Un programme peu attirant, non ?

Dans la même rubrique...

Antigone… mon cœur me dit !

La réalisatrice canadienne Sophie Deraspe dresse le portrait saisissant d’une famille en crise en adaptant librement Antigone l’œuvre de Sophocle dans la ville de Montréal. Au cinéma le 2 septembre.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Cinéma : les films à ne pas manquer en septembre

Antigone, Remember me, Rocks, Blackbird... Toute l'actualité ciné avec Jean-Luc Gadreau, journaliste et blogueur.

Un contenu proposé par Campus protestant

Never, Rarely, Sometimes, Always

L'histoire d'une lycéenne de Pennsylvanie qui découvre qu'elle est enceinte. Le film a obtenu le Grand prix du jury à la Berlinale 2020.

Un contenu proposé par Pro-Fil

« The Climb », une histoire d’amitié très drôle

Ce n’est pas un buddy movie ou un film de mecs, c’est une histoire d’amitié entre deux hommes très différents.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram