Accueil de réfugiés : l'exemple d'une communauté en Allemagne

Accueil de réfugiés : l’exemple d’une communauté en Allemagne

Plus de 80 % des réfugiés vivent dans des pays en développement… Pratiquer l’hospitalité est possible. Exemple dans une communauté de vie en Allemagne.

Un contenu proposé par Christ Seul

Publié le 3 septembre 2015

Auteur : Marie-Noëlle von der Recke

Lire directement l’article sur Christ Seul

« Tout a commencé en 2011 par des manifestations pour plus de liberté. Entretemps, le pays a sombré dans un conflit sanglant. » C’est ainsi que, lors de la journée des Réfugiés de l’ONU, Haitham H., invité à témoigner dans un culte, explique le motif du départ de sa famille de Syrie en 2013. Comme beaucoup d’autres, ils étaient pris en étau entre les forces du dictateur Assad et celles de l’état islamique, à la fois en tant que Kurdes et en tant que croyants pratiquant un islam ouvert et tolérant vis-à-vis des non-musulmans.

Début mars 2015, six adultes et trois enfants ont atterri à Francfort et vivent depuis dans notre communauté. D’autres familles d’accueil ont été trouvées dans notre région et on cherche encore des personnes prêtes à se porter garantes pour des familles échouées en Turquie ou en Irak.

Lorsqu’il décrit la fuite vers l’Irak à pied, puis le séjour dans des camps de réfugiés avant l’obtention de visas pour l’Allemagne, Haitham souligne que la plupart des réfugiés syriens vivent des situations bien plus dramatiques et perdent la vie avant de pouvoir quitter le pays.

Des chiffres et… des êtres humains

Les statistiques sont parlantes : 55 millions de réfugiés dans le monde. La moitié sont des enfants. Il faut remonter à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour trouver de tels chiffres. Accueillir des réfugiés dans une communauté, c’est découvrir les êtres humains derrière les chiffres. C’est partager leur soulagement d’être en sécurité et de pouvoir envisager un avenir. C’est accompagner leurs démarches administratives et leurs premiers pas dans une société étrangère. C’est les aider à apprendre une nouvelle langue. Mais c’est aussi sentir leur reconnaissance, goûter à leurs spécialités culinaires, se réjouir de leur aide dans les travaux du jardin, apprendre quelques mots de leur langue, découvrir leur foi. C’est beaucoup de chaleur humaine et un enrichissement inestimable. […]

Lire la suite sur Christ Seul

Dans la même rubrique...

« Il n’y a pas de guerre juste »

Pour le général Jean-Fred Berger, la guerre est toujours le lieu du péché, comme l'affirme Luther. C'est une catastrophe qu'il faut subir tout en préservant son humanité.

Un contenu proposé par Campus protestant

Ukraine : des photographes solidaires du pays envahi

Plusieurs initiatives de ventes de tirages sont organisées au profit d’associations humanitaire venant en aide aux Ukrainiens face à la guerre.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

« Le patriarche Kirill de Moscou est complice des crimes de Poutine »

Pour Jean-François Colosimo, théologien, l'Eglise orthodoxe russe est devenue un auxiliaire du pouvoir et des crimes de Vladimir Poutine. Le patriarche Kirill de Moscou épouse sans aucun discernement la politique du Kremlin. Explications.

Un contenu proposé par Campus protestant

Fusillade dans une église aux États-Unis

Dimanche 15 mai, une fusillade au sein d’une église californienne a provoqué la mort d’une personne et quatre autres ont été grièvement blessées, selon un dernier bilan.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christ Seul

Christ Seul est le mensuel des Églises évangéliques mennonites de France, issues de la Réforme radicale du 16e siècle. Les Églises mennonites appartiennent à la famille des Églises protestantes. Elles sont apparues en même temps que la Réforme de Luther, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Alsace et en Suisse, au début du 16e siècle.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast