Urgence

Comment l’Inde est-elle tombée en plein cauchemar ?

Le second pays le plus peuplé du monde a enregistré près de 350 000 nouveaux cas en une seule journée. Le système hospitalier est déjà saturé.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Publié le 26 avril 2021

La pandémie n’est pas encore derrière nous. Comme le Brésil, l’Inde est en proie au cours du mois d’avril à une flambée épidémique. Dimanche 25 avril, ce sont près de 350 000 contaminations qui ont été enregistrées. Un record malheureux dans l’histoire de la pandémie mondiale. Depuis vendredi 23 mai, plus de 5000 morts ont été dénombrés. Un bilan catastrophique qui pourrait être, selon certains experts, sous-estimé.

A l’origine de la flambée des cas se trouve le variant B.1.617, dit le variant indien ou aussi « le double mutant » car il possède deux mutations sur la protéine spike qui sert au virus à se fixer au récepteur ACE2, présent sur les cellules qu’il infecte. En bref, ces deux mutations permettent au coronavirus de mieux s’accrocher aux cellules pour se répandre plus facilement. Le variant indien, dont on ne sait peu de choses scientifiquement aujourd’hui, est soupçonné de propager plus rapidement le virus. Il ne rendrait pas le virus plus mortel. Son deuxième danger : il résisterait mieux aux anticorps. « A priori, l’immunité développée par une première contamination ou par le vaccin paraît à même de faire barrage à ce variant, mais cela demande confirmation », souligne néanmoins le généticien Rakesh Mishra, directeur du Centre de biologie moléculaire et cellulaire (CCMB), interrogé par Le Monde. En Inde, le 23 avril, environ 8% de la population avait reçu au moins une dose selon les données répertoriées sur Our World in Data.

En Inde, la situation est particulièrement alarmante car le système hospitalier saturé manque cruellement d’équipements . La correspondante de France 2 raconte qu’au sein d’un hôpital de la capitale New Delhi, des patients doivent être soignés dans la rue. Selon une étude de l’université de Washington, le pic de la deuxième vague indienne ne sera pas atteint avant mi-mai. Désarmée face à la flambée des cas, l’Inde va recevoir de l’aide internationale. La France a confirmé qu’elle allait lui « apporter dans les prochains jours un soutien significatif en capacités d’oxygène ».

Vous pourriez aimer aussi

Brésil, les raisons de la catastrophe humanitaire

« L’absence de volonté politique pour agir de manière adaptée face à cette pandémie est responsable de la mort de milliers de Brésiliens », a affirmé l’ONG Médecins sans frontières.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Le confinement light est-il efficace ?

Instauré dans une quinzaine de départements, puis étendu à l’ensemble du pays, le confinement partiel semble freiner les contaminations, selon Santé publique France (SPF).

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Vers la fermeture des établissements scolaires ?

Pour l’heure, les écoles ne fermeront pas ou alors en « dernière nécessité » a rappelé Olivier Véran, ministre de la Santé. Mais la pression augmente.

Un contenu proposé par Une plume et des gens