Réflexion

Haro sur la sainte quarantaine !

Le Carême, temps de pénitence et de mortification, a été critiqué par les réformateurs. Et pourtant, il semble faire son retour dans le monde protestant et même plus largement. Il faut certainement le regretter.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 15 mars 2021

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

Le Carême, la mortification

Le Carême m’évoque d’abord Voltaire. Il écrit dans son dictionnaire philosophique à l’article « Carême » : « Pourquoi faut-il demander permission à son évêque de manger des œufs ? Si un roi ordonnait à son peuple de ne jamais manger d’œufs, ne passerait-il pas pour le plus ridicule des tyrans ? Quelle étrange aversion les évêques ont-ils pour les omelettes ? »

Voltaire encore dans Bababec et les Fakirs : « Je fus témoin du long entretien qu’Omri eut avec lui “Croyez-vous, lui dit-il, mon père, qu’après avoir passé par l’épreuve des sept métempsychoses, je puisse parvenir à la demeure de Brama ? – C’est selon, dit le fakir. Comment vivez-vous ? – Je tâche, dit Omri, d’être un bon citoyen, bon mari, bon père, bon ami : je prête de l’argent sans intérêt aux riches dans l’occasion, j’en donne aux pauvres ; j’entretiens la paix parmi mes voisins. – Vous mettez-vous quelquefois des clous dans le cul ? demanda le bramin. – Jamais, mon révérend père. – J’en suis fâché, répliqua le fakir, vous n’irez certainement que dans le 19e ciel ; et c’est dommage.” »

On reconnaît dans la prose satirique et délectable de Voltaire la critique du carême catholique et plus généralement des mortifications et privations encouragées par la théologie ou le dogme catholique. Voltaire met en avant le ridicule de ces pratiques et obligations, mais elles sont bien évidemment critiquables aussi et surtout parce qu’elles signifient qu’il est souhaitable pour le chrétien de s’imposer des privations, de maltraiter son corps, pour être agréable à Dieu. Dans la même veine, on trouve la nécessité de  cacher son corps sous un uniforme et de s’abstenir de relations sexuelles quand on entre dans […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

Frédéric Rognon, la volonté de non-puissance

Une vie et une réflexion axées autour du refus de l’abus de la force. Et autour de la communauté.

Un contenu proposé par Réformés

Samuel Vincent

Se convertir à la lecture des textes d’un théologien, voilà l’expérience que notre témoin a vécue en découvrant Samuel Vincent.

Un contenu proposé par Réveil

Remise du prix Charles Gide

Lors des 24h de la FEP, les lauréats du prix Charles Gide ont été annoncés par Isabelle Richard, présidente de la Fédération de l’Entraide protestante. L’occasion de montrer tout le dynamisme des structures sociales protestantes.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast