Comment les personnes en marge fêtent-elles Noël  ?

Comment les personnes en marge fêtent-elles Noël  ?

Le manque de lien relationnel leur est souvent plus douloureux à cette période de l’année. Coups de projecteur sur les travailleuses du sexe et les sans-abri.

Un contenu proposé par Quart d'heure pour l'essentiel

Publié le 23 décembre 2015

Auteur : Gabrielle Desarzens

Lire directement l’article sur Quart d'heure pour l'essentiel

« Je peux vous téléphoner ? »

« A cette période de l’année, les filles ont plus envie de parler », commente un policier de la sûreté vaudoise qui préfère rester anonyme. « Depuis le temps qu’on les côtoie, elles ont bien compris qu’on n’avait pas d’a priori sur elles, alors qu’auprès d’instances sociales ou religieuses, elles préfèrent cacher leur prostitution ». Et cet homme de sortir de sa poche des messages qu’il a reçus sur son smartphone, en plus de cartes de vœux de la part de prostituées : « J’aimerais vous parler un petit moment, je peux vous appeler ? » et « Est-ce que je peux vous téléphoner  ? »

Cela dit, beaucoup de ces femmes partent à Noël pour revenir après Nouvel-An, ou prennent même trois mois de vacances. « Pour celles qui restent, la météo influence beaucoup leur taux d’activité », indique son collègue Sylvain Lienhard de la Police judiciaire lausannoise. Celui-ci évoque alors l’intérêt financier pour celles « qui assurent la permanence » vu qu’elles sont moins nombreuses.

Noël ou pas, les filles restent groupées par clan. L’esprit de fête qui se propage dans la ville, ne serait-ce qu’au moyen des guirlandes, ne les pousse pourtant pas à se mélanger. Et les conditions de travail se dégradent : les travailleuses du sexe opèrent à des prix toujours plus bas, dans des lieux toujours moins sécurisés. « Tout est devenu beaucoup plus malsain. On est là pour aider les personnes qui sont vraiment victimes de la prostitution et du trafic des êtres humains », commentent les deux agents, tous deux rattachés à la police des mœurs.
Attablés à la table d’un café lausannois, ils disent aimer pouvoir travailler et marquer un changement en ce sens. […]

Lire la suite sur Quart d'heure pour l'essentiel

Dans la même rubrique...

« L’école n’est pas la seule forme de transmission des savoirs »

L’association Les enfants d’abord répond à un courrier de lecteur et défend la possibilité de l’instruction en famille.

Un contenu proposé par Réforme

Pour un usage informatique responsable

De l’extraction de matériaux rares à la consommation électrique des data centers, « le numérique ne peut pas être écoresponsable mais seulement un peu moins pire », prévient Bela Lotta Hiffler, directrice de la Maison de l'informatique responsable.* Quelques conseils pratiques.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Je me suis fait vacciner

Un éditorial d’Antoine Nous, théologien protestant.

Un contenu proposé par Réforme

Le «pass sanitaire», pierre d’achoppement inévitable ?

Sésame pour un retour à la «vie normale» pour les uns, «flicage» et menace à la liberté pour d’autres, le pass sanitaire divise une partie de la société et même les chrétiens entre eux. Regards croisés entre Robin Reeve et Jean-Pierre Graber.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Quart d’heure pour l’essentiel

Tabloïd diffusé à grande échelle en Suisse romande et en France. Lancé en 2006 à l’occasion du Mondial de football, il propose un lieu de dialogue sur des questions existentielles autour d’événements tels un événement sportif d’envergure internationale ou une fête chrétienne.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants