Santé

Covid-19 : quels sont les bénéfices avancés par la HAS pour encourager la vaccination des enfants ?

La Haute Autorité de santé (HAS) a dit "oui" à la vaccination anti-Covid-19 des enfants de 5 à 11 ans sur le principe du volontariat. Elle met en avant différents arguments afin d'encourager les parents à y recourir.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 21 décembre 2021

Auteur : Camille Verdi

62 % des parents sont réticents à faire vacciner leurs enfants contre la Covid-19, selon la Haute Autorité de santé (HAS). Pourtant, lundi 20 décembre, elle a donné son aval à la vaccination des 5-11 ans. Mais, comme le rapporte RTL, l’autorité publique indépendante ne recommande pas de la rendre obligatoire. Alors, elle liste les arguments en faveur de l’injection du sérum, pour tenter de faire changer d’avis les parents réticents. Logiquement, l’HAS insiste sur le bénéfice individuel de la vaccination. Et ce, même si les formes graves sont rares chez les enfants.

Mais, quand la situation dégénère, huit petits malades sur dix ne présentaient pourtant aucune comorbidité. Comme pour les adultes, l’arrivée du variant Omicron, décrit comme étant beaucoup plus contagieux, fait craindre une augmentation du nombre de cas graves. Celle-ci ne devrait pas épargner les enfants, même ceux en bonne santé.

Garder les écoles ouvertes

Le vaccin Pfizer, dont une version trois fois moins dosée que celle injectée aux adultes est utilisée pour vacciner les 5-11 ans, est jugé efficace. Il protège à plus de 90 % des formes sévères de la Covid-19 et donc des décès, précise la radio. Les effets secondaires sont également rares. Aux États-Unis, sur les sept millions d’enfants déjà vaccinés, seuls quelque 3.000 d’entre eux ont signalé des effets indésirables. Et 97 % de ceux-ci étaient sans gravité.

Alors que l’extension de la vaccination des 5-11 ans (elle est pour le moment réservée aux enfants dits « à risque ») pourrait avoir lieu très prochainement, celle-ci devrait également permettre aux écoles de rester ouvertes. En effet, la HAS met l’accent sur un bénéfice indirect, en rappelant que l’école à la maison est source d’inégalités sociales. Les parents n’ont pas tous la même possibilité d’accompagner leurs enfants dans leur apprentissage. Le maintien des classes ouvertes est donc un moyen de lutter contre le retard scolaire, dont les conséquences psychologiques peuvent avoir des effets désastreux sur les enfants.

Dans la même rubrique...

Catholicisme : un nouvel archevêque à Paris

Mgr Laurent Ulrich, jusqu’alors archevêque de Lille, est nommé ce mardi par le pape pour succéder à Mgr Michel Aupetit

Un contenu proposé par Réforme

Procès des attentats du 13-Novembre : la plaidoirie des avocats des victimes

Après la fin des débats, une partie des 330 avocats des parties civiles doit plaider plusieurs jours au palais de justice de l’île de la Cité, à Paris.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Les personnes que nous hébergeons sont des personnes « normales »

Cédric fait partie de l’équipe sociale d’un centre d’hébergement d’urgence installé dans un tiers-lieu, à Lyon. Témoignage.

Un contenu proposé par Armée du Salut

Que faire de nos défaites ?

Une "Boussole" pour ouvrir des chemins de réflexion sur les questions existentielles qui nous traversent.

Un contenu proposé par Fédération de l’Entraide Protestante