Sport

JO d’hiver 2022 : l’Olympisme, une forme de religion ?

Le fondateur moderne du mouvement olympique, Pierre de Coubertin a pu déclarer : « depuis le début du rétablissement de l’olympisme, je crois avoir eu raison de tenter de ranimer une conscience religieuse. »

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Publié le 4 février 2022

En raison de la crise sanitaire, ce sont des Jeux d’hiver sous cloche qui ont débuté officiellement le 4 février 2022 en Chine. Au cœur des Jeux olympiques se trouve une philosophie : l’Olympisme. Le Comité national olympique et sportif français soulève : « La notion d’Olympisme est une conceptualisation moderne découverte par Pierre de Coubertin et développée à sa suite, à l’appui notamment de l’héritage culturel de la Grèce antique. » Né le 1er janvier 1863 à Paris, Pierre de Coubertin, historien et pédagogue français, a souhaité rénové les Jeux Olympiques afin de contribuer à l’édification d’un monde pacifique et meilleur grâce à l’éducation de la jeunesse par le sport. Issu d’une famille aristocrate, Pierre de Coubertin a épousé Marie Rothan, membre d’une famille protestante alsacienne.

L’Olympisme de Pierre de Coubertin a quatre principes, rappelle le site du Comité national olympique et sportif Français (CNOSF) :

Être une religion, c’est-à-dire une « adhésion à un idéal de vie supérieure, d’aspiration au perfectionnement ».
• Représenter une élite « d’origine totalement égalitaire » en même temps qu’une « chevalerie » avec toutes ses qualités morales ».
• Instaurer une trêve des armes « fête quadriennale du printemps humain ».
• Glorifier la beauté par la « participation aux Jeux des Arts et de la pensée ».

Un article de la revue Pop’sciences de l’Université de Lyon, intitulé, « L’Olympisme, une religion laïque ? » apporte des éléments de réponse :

« Le sport moderne est né au XIXe siècle, de concert avec l’industrialisation et le libéralisme économique. À cette époque, Pierre de Coubertin, après sa découverte en Angleterre de l’éducation sportive des élites dans les écoles privées, se donne pour mission de convertir la société française à ces vertus. « Pour imposer le sport à la société, Courbertin crée un cheval de Troie : l’olympisme » analyse Raphaël Verchère, chercheur associé au L-Vis (Université Claude Bernard Lyon 1) et professeur de philosophie au Lycée Charlie Chaplin (Décines). Le baron français, qui a reçu une éducation catholique chez les Jésuites, imagine une morale (l’olympisme), une organisation (le Comité international olympique), un culte (les Jeux). »

Plus loin :

«  Les Jeux olympiques sont avant tout un rituel et une célébration » commente Guillaume Bodet (professeur spécialisé en marketing et management, chercheur au L-Vis, laboratoire sur les vulnérabilités et l’innovation dans le sport, Université Claude Bernard Lyon 1 et intervenant à l’Académie internationale olympique AIO). Cette théâtralisation du sport par l’olympisme vise, comme l’indique la charte en 2019, à « mettre le sport au service du développement harmonieux de l’humanité en vue de promouvoir une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine. » Des valeurs donc, et une morale réaffirmée dans les années 20 par le fondateur de l’olympisme. Pierre de Coubertin parle alors de religio athletae : une religion laïque dans laquelle le divin est incarné par les athlètes, ces dieux du stade, éduqués spirituellement par le sport pour forger leur corps et leur esprit. »

Vous pourriez aimer aussi

Christiane Taubira, chantre d’une laïcité inclusive

Le 30 janvier, l’ancienne garde des Sceaux a été désignée vainqueure de l'importante consultation citoyenne.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

L’ONG Portes Ouvertes s’attriste de nouveau du sort des chrétiens dans le monde

360 millions de chrétiens sont fortement persécutés et discriminés aujourd'hui, selon l’Index 2022 de l’ONG chrétienne.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Quel est le rapport de Michel Houellebecq au catholicisme ?

Paru le 7 janvier 2022, "Anéantir" de l'auteur Michel Houellebecq, démarre fort. Incontournable événement médiatique, ce huitième roman fait la Une également des médias catholiques.

Un contenu proposé par Une plume et des gens