bio

Manger bio : est-ce suffisant pour réduire son empreinte écologique ?

Depuis plusieurs années, la consommation de produits biologiques connaît une forte croissance en France. Ce changement des habitudes alimentaires a des conséquences directes sur l’environnement.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 1 avril 2021

Auteur : Anne Mellier

En 2019, une étude française* menée sur 30 000 consommateurs révèle un réel impact positif de l’alimentation biologique sur l’environnement. Les consommateurs qui se nourrissent de 70 % de produits bio auraient besoin de 23% de surfaces agricoles de moins que les consommateurs de produits issus de l’agriculture conventionnelle qui, eux, s’alimentent de moins de 1% de produits bio.

La quantité d’énergies directes ou indirectes nécessaires à la production agricole est aussi en faveur du bio puisqu’elle se chiffre à 7 200 mégajoules par an pour un consommateur conventionnel contre 5 400 mégajoules pour un consommateur bio. Soit un quart de moins. L’émission de gaz à effet de serre au niveau agricole est aussi plus importante du côté de l’alimentation conventionnelle – 37% de plus qu’une alimentation bio. Dans l’alimentation du consommateur bio se trouvent essentiellement des produits végétaux.

La moitié de l’apport en protéines de cette alimentation est végétale, contre un quart chez le consommateur conventionnel. Sachant que l’exploitation de produits végétaux occupe moins de 10% des surfaces agricoles – le reste étant réservé à l’élevage animal –l’alimentation bio aide à réduire l’empreinte écologique.

Or, selon l’étude, si notre régime actuel passait en tout bio, il nécessiterait 37% de surfaces agricoles en plus par rapport à la totalité de celles actuellement utilisées par le bio et le conventionnel, du fait des rendements moindres de l’agriculture biologique.

Par contre, l’émission des gaz à effet de serre n’augmenterait quasiment pas et la consommation d’énergie réduirait légèrement. Et ces données ne prennent pas en compte l’impact positif d’un moindre recours aux pesticides de synthèse sur la qualité de l’eau et des sols.

Dans la même rubrique...

Confiner à l’air libre, une mesure efficace ?

Une troisième version du confinement est entrée en vigueur samedi 20 mars pour près d'un tiers des Français.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

« Trouver des solutions pour réconcilier les mémoires »

Jean-Pascal Zadi, César du meilleur espoir masculin vendredi soir, a soutenu l’idée que l’on puisse déboulonner des statues. L’historienne Jacqueline Lalouette analyse ce phénomène.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Dear Valid People : comment se sentir femme ?

Damien Fargeout reçoit Sarah sur le thème de la féminité.

Un contenu proposé par Radio FM Plus

L’aumônier et le psychiatre : rivaux ou alliés ?

En prison, l’aumônier et le psychiatre offrent de rares espaces d’intimité aux détenus.

Un contenu proposé par Aumônerie protestante des prisons

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire