Marx, le christianisme et la misère

Marx, le christianisme et la misère

On connaît bien la phrase de Marx sur la religion comme opium du peuple. William Booth, fondateur de l’Armée du Salut, lui «répond», en interpellant les chrétiens et les Eglises dans leur témoignage face à la misère.

Un contenu proposé par Christ Seul

Publié le 6 mai 2013

Auteur : Frédéric de Coninck

Lire directement l’article sur Christ Seul

En plein cœur du XIXe siècle, alors que la révolution industrielle bat son plein, alors que des masses énormes d’ouvriers s’enfoncent dans la misère avec toute leur famille, deux voix s’élèvent, pour mettre en question l’attitude des chrétiens face à cette situation.

Religion = opium du peuple

La première est celle de Karl Marx, dans un texte devenu célèbre.
La douleur qui s’exprime au travers de la religion, est, dit-il, « tout à la fois l’expression de la misère réelle et la protestation contre cette misère. La religion est le soupir de la créature accablée, l’âme d’un monde sans cœur. [… Mais] elle est l’opium du peuple car [elle anesthésie sa douleur]. Nier la religion, ce bonheur illusoire du peuple, c’est [donc] exiger son bonheur réel. »

Nation prétendument chrétienne…

La seconde est celle de William Booth, le fondateur de l’Armée du Salut. « Toute ma vie, j’ai douloureusement senti l’insuffisance lamentable des remèdes énumérés dans les programmes chrétiens, employés généralement par la philanthropie pour faire face aux désespérantes misères de nos classes de parias. […] Mon humanité et mon christianisme, si je puis séparer l’un de l’autre, réclament à grands cris quelque méthode plus sûre et plus large pour atteindre et sauver les foules qui périssent. […] Leurs habitudes vicieuses, les circonstances misérables de leur existence les condamnent, s’ils ne reçoivent nul secours particulier, à souffrir de la faim et à pécher, à pécher et à souffrir de la faim, jusqu’à ce que, ayant multiplié leur espèce et vidé la coupe de la misère, les doigts osseux de la mort se referment sur eux et mettent fin à leurs malheurs […], au milieu du luxe, de la civilisation et de la philanthropie de notre prétendue nation chrétienne. » […]

Lire la suite sur Christ Seul

Dans la même rubrique...

Comme Monsieur Gustave

Nous ferions bien de nous inspirer de Monsieur Gustave, le maître d'hôtel du Grand Budapest Hotel de Wes Anderson, qui reste fidèle à ses valeurs alors que le monde autour de lui vacille. L'éditorial de la rédaction.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Climat : et si c’était « à portée de main » ?

Le changement climatique n’a clairement pas été l’une des thématiques de cette campagne présidentielle malgré les signaux d’alerte qui se multiplient.

Un contenu proposé par Forum protestant

Jusqu’où serai-je solidaire ?

Une "Boussole" pour ouvrir des chemins de réflexion sur les questions existentielles qui nous traversent.

Un contenu proposé par Fédération de l’Entraide Protestante

L’islam de France

Dialogue entre le pasteur Pierre Lacoste et l’iman Tareq Oubrou sur l’organisation du culte musulman en France. L’enjeu est aujourd’hui de penser l’islam à partir de la tradition occidentale et comme le font les protestants, lier étude des textes et raison.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christ Seul

Christ Seul est le mensuel des Églises évangéliques mennonites de France, issues de la Réforme radicale du 16e siècle. Les Églises mennonites appartiennent à la famille des Églises protestantes. Elles sont apparues en même temps que la Réforme de Luther, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Alsace et en Suisse, au début du 16e siècle.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast