Incertitude

Peut-on encore croire à un Noël en famille ?

En plein reconfinement, c’est la question qui inquiète les Français désireux de retrouver leurs proches.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Publié le 6 novembre 2020

Lire directement l’article sur Une plume et des gens

« Noël ne sera pas une fête normale » a prévenu le ministre de la santé Olivier Véran dans un entretien accordé au Journal du dimanche le 1er novembre. Le 3 novembre, interrogé sur le même sujet au cours d’un déplacement dans un entrepôt des Banques alimentaires de Gennevilliers, le ministre de la Santé a assuré que « Noël aura évidemment lieu et se fera dans la joie », tout en précisant que le virus « sera toujours là ». Que comprendre ? Sur la question épineuse des fêtes de fin d’année, les avis divergent.

Dans son dernier avis rendu public le 30 octobre, le Conseil scientifique évoque l’arrivée de plusieurs vagues successives durant l’hiver et jusqu’au printemps 2021. Concernant la vague que nous traversons actuellement, le Conseil espère une sortie en fin d’année ou début 2021. En annonçant le reconfinement, Emmanuel Macron avait pour objectif de « passer de 40 000 contaminations par jour à 5 000 » de fin octobre au 1er décembre.

De grandes tablées de plus de six personnes

Un calendrier qui laisse songeur des scientifiques notamment en raison des règles beaucoup plus souples instaurées lors de ce second confinement. De plus, les conditions météorologiques ne sont pas les même qu’au printemps. « En avril, il fait sec et il fait chaud. Les mois d’automne, il fait humide, lourd, froid. Ce sont des situations climatiques favorables à la transmission du virus », a expliqué Olivier Véran. Les fêtes de fin d’année à la française, ce sont aussi souvent de grandes tablées dépassement largement six personnes. Or une une récente analyse, soulignée par le site d’informations Slate, démontre que les risques d’attraper le Covid-19 par un membre de son foyer déjà infecté sont de 19%.

Mais pour l’heure, rien n’est décidé. Tour à tour, ici ou là en France, des marchés de Noël annoncent leur annulation. Selon un sondage réalisé en ligne par l’Ifop fin octobre, plus de 7 Français sur 10 (71%) se disent prêts à accepter d’être encore confinés après le 1er décembre et pendant les fêtes. Un avis moins partagé parmi les moins de 35 ans qui sont 39% à s’opposer à ce reconfinement prolongé.

Lire la suite sur Une plume et des gens

Vous pourriez aimer aussi

Notre assurance et notre espérance face au Covid

Avec la deuxième vague de l’épidémie, les incertitudes grandissent. Nous avons pourtant, en tant que croyant, une assurance et une espérance à proclamer et à vivre.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville
Cultivons notre énergie !

Cultivons notre énergie !

En ce début de 2e confinement, notre moral se trouve plus durement éprouvé. Sentiment de lassitude, manque de perspectives… Alors fixons-nous une mission prioritaire : garder une bonne énergie.

Un contenu proposé par Inspirations

Confinement, on y retourne !

Oui, ça nous pendait au nez depuis un petit moment : on reconfine.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance