Plus sûre de rien, ou plus sûre de tout ?
Foi

Plus sûre de rien, ou plus sûre de tout ?

En quelques semaines, la pandémie du Covid-19 s’est répandue à une vitesse effroyable. Les chrétiens n’ont pas été épargnés, et nos croyances ont pu être ébranlées au plus profond de nous. Alors qu’en est-il de notre foi ?

Un contenu proposé par SpirituElles

Publié le 24 août 2020

Auteur : Johanna Tchoula-Njia

Lire directement l’article sur SpirituElles

Certaines ont été touchés au plus près en traversant la douloureuse épreuve de la maladie, voire même du deuil. Pour d’autres, ce sont les conséquences économiques qui sont venues remettre en question les projets d’avenir. Cette crise a pu faire émerger des interrogations, des craintes et des doutes. Autant de «pourquoi?» ou de «qu’en sera-t-il demain?» qui restent sans réponse. Mais n’oublions pas que les fondements de notre foi peuvent être profondément remis en question sans pour autant que celle-ci ne soit ébranlée.

Qu’est-ce que la foi ?

Les temps de crise de nos vies nous amènent à revoir notre définition de la foi, à commencer par le fait qu’incertitude et foi ne sont pas contradictoires. Comme l’exprime Rachel Dufour, pasteure, thérapeute et co-fondatrice du ministère Coeur de Berger: «La foi n’est pas l’absence de doute (négatif) mais la présence d’une obéissance à Dieu (positif).»

La foi, ce n’est pas être certain de tout, mais c’est être confiant en Dieu pour tout – en toutes choses comme en toutes circonstances. Dans l’épreuve, nous pouvons faire le choix du «même si», c’est-à-dire de l’attachement inconditionnel à Dieu, à l’image des amis de Daniel devant la fournaise ardente (Dan. 3, 17-18). Les crises nous amènent au creuset de Dieu, là où nous pouvons expérimenter le raffinement de la foi éprouvée, plus précieuse que l’or véritable.

La foi: avec ou sans miracle

La Bible nous dit qu’il suffit d’un peu de foi pour voir un miracle, une foi pas plus grosse qu’un grain de moutarde. En revanche, nous opérons parfois un lien de causalité a contrario erroné selon lequel l’absence de miracle serait nécessairement due à un manque de foi. En réalité, il faut beaucoup de foi pour rester attachée à Dieu quand on a prié pour le miracle et qu’on n’a pas été exaucée. En cela, la «foi qui n’a pas vu» est solide car elle choisit de continuer de croire en Dieu quand bien même elle n’a pas reçu de signes visibles.

Parce que la foi ne se résume pas non plus à la somme de nos croyances, l’épreuve peut venir remettre en question certaines de nos […]

Lire la suite sur SpirituElles

Dans la même rubrique...

Vers une évolution de la valeur du travail ?

Entre spectre du chômage et avènement du télétravail les codes sont bousculés. Pour une plus juste place accordée au travail ? Analyse.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Agir en Eglise contre les violences conjugales

Découvrez le hors-série n°21 des Cahiers de l’École Pastorale : "Violences conjugales : les identifier pour agir en Eglise".

Un contenu proposé par Les cahiers de l’École pastorale

« Une place pour elles »

Des associations protestantes se mobilisent contre la violence intrafamiliale à travers un clip de prévention, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Un contenu proposé par Campus protestant

Notre vie d’après… le Covid

Le monde d’après sera peut-être une société de rapports distancés ou au contraire un monde plus solidaire et reconnaissant ?

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

SpirituElles

SpirituElles est le magazine de la femme chrétienne. Il paraît en février, mai, août et novembre, et propose une autre approche du bien-être, en relation avec la foi. Il compte des lectrices aussi bien protestantes (réformées ou évangéliques), catholiques ou simplement curieuses de la foi ou à la recherche de Dieu.

NB : depuis la refonte du site SpirituElles à l’été 2020, certains des articles relayés ici sont désormais accessibles uniquement aux abonnés.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram