Quelle place pour la religion dans la société actuelle ?

Quelle place pour la religion dans la société actuelle ?

La politique et la religion n’auraient-elles pas intérêt à joindre leurs efforts pour concourir au bien de tous et vivre une « laïcité généreuse »? Participez à notre débat !

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 10 juin 2014

Auteur : James Woody

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

Il me semble qu’il en va du régime français de laïcité comme du temps… moins on m’en parle et plus se précise l’idée que je m’en fais. Tout se brouille dès qu’on tente de l’ériger en une théorie qui, de surcroît, prétendrait être universellement reçue et valable en tous temps.

La laïcité dans l’histoire de la France

Par le passé, en France, la religion était non seulement omniprésente, elle était toute-puissante. Elle instituait les rois, elle était la science, elle commandait la plupart des arts, elle éduquait et pratiquait même la charité. La modernité, la philosophie des Lumières à la française et les réformes touchant au statut des religions dépouillèrent la sphère religieuse de ses prérogatives, avec la violence qui sied à toute révolution ou avec la détermination des théologiens qui voulaient éviter de voir Dieu sombrer avec la religion. À la place furent institués la démocratie, l’école républicaine, le patronat et les syndicats, l’assistance publique, les associations sportives et autres amicales – parfois rien.

Le vingtième siècle et son lot de crises économiques, de crises politiques, de barbaries, de tueries, de globalisation et d’individualisation dépouilla ces nouvelles institutions de leur autorité fraîchement conférée : en quelques siècles les abus et les dérives avaient eu raison de la confiance qu’on mettait en l’Église. En quelques dizaines d’années, la confiance dont bénéficiaient les hommes politiques, les entrepreneurs, les instituteurs, les décideurs et responsables en tous genres s’est effondrée. Même André Glucksman a eu l’occasion de souligner à quel point le nihilisme est désormais à l’honneur dans les mentalités de nos contemporains et constitue une menace majeure (Dostoïevski à Manhattan,éd. Robert Laffont). Les évaluations statistiques montrent que la fin des « trente glorieuses » correspond au moment où les bureaux de vote commencèrent à être désertés dans les mêmes proportions que les lieux de culte. […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

Bientôt la rentrée… même pas peur !

La rentrée 2020 s’annonce en effet bien particulière, épidémie de Covid-19 oblige. On l’aborde forcément d’une façon différente, avec bon nombre d’incertitudes.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Ne pas se réfugier derrière son masque

Nous pouvons toujours nous libérer en demandant notre liberté à Celui qui nous la donne. Un certain Jésus devenu Christ.

Un contenu proposé par Réveil

Le procès des attentats de janvier 2015

Le procès des attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Cacher démarre le 2 septembre et se tient jusqu’au 10 novembre à Paris.

Un contenu proposé par

« Les femmes sous-évaluent tout, y compris leur propre salaire »

À Genève, Aurore Bui est à la tête de Softweb, réseau d’innovation sociale, en charge notamment de faciliter les projets d’entreprises des femmes migrantes qualifiées.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram