Sacrée famille !

Sacrée famille !

Entre la famille biologique et l’église comme famille, quels apports et quels rapports possibles ? Et si chacune bénéficiait de l’autre au lieu d’être en concurrence ? Réflexions.

Un contenu proposé par Christ Seul

Publié le 6 juillet 2016

Auteur : Marie-Noëlle Yoder

Lire directement l’article sur Christ Seul

« La famille, c’est sacré ! » Qui n’a jamais entendu cette expression ? On sacrifierait tout pour la famille ! C’est dire que l’on parle ici d’une réalité du sacré, de l’intouchable, dans notre société. Les débats récents autour du mariage dit « pour tous » ne viennent qu’illustrer ce propos, même si chaque bord en a sa propre définition. Dans les Églises aussi, la famille a une grande importance. On peine parfois à s’engager de peur de devoir « sacrifier sa famille ». Par le passé, la tendance a souvent été de négliger la famille au profit de l’Église. Aujourd’hui, la tendance est plutôt inversée. Pour réduire la pression, certains ont décidé de fusionner le tout et de considérer leur propre famille comme une Église. Cette manière de voir est réductrice et les enseignements de la Bible nous aident à mettre la famille et l’Église à leur juste place pour qu’elles occupent une place de choix : ni idole, ni laissée pour compte.

Famille biologique et peuple de Dieu

Dès la création, Dieu crée un couple et lui demande de fonder une famille qui grandit et se multiplie sur la terre. Parmi cette descendance, Dieu choisit Abram (Gn 12-13) pour créer son peuple et il lui promet une descendance plus nombreuse que les grains de poussière sur le sol. En faisant alliance avec Abraham, Dieu adopte un peuple. Le prophète Jérémie y fait écho : « Vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu. » (Jé 30.22). Le lien entre la famille biologique et le peuple de Dieu est évident dans l’Ancien Testament où les lignées jouent une place de taille. Cependant, le but de cette famille n’était pas simplement d’être choisie, mais de « bénir toutes les familles de la terre » (Gn 12.3). Ce peuple n’était pas un but en soi, mais un moyen que Dieu voulait utiliser pour répandre la bénédiction de manière plus large ! […]

Lire la suite sur Christ Seul

Dans la même rubrique...

Du fondamentalisme au libéralisme théologique

Ce serait une erreur de penser que les mouvements fondamentalistes véhiculent une foi plus intense que les mouvements libéraux.

Un contenu proposé par Réformés

Pédocriminalité : l’Église catholique assume « sa responsabilité” et demande “pardon”

L’assemblée plénière de la Conférence des évêques de France a débouché sur neuf mesures destinées à lutter contre la pédocriminalité et à venir en aide aux victimes.

Un contenu proposé par Réforme

Tribune des militaires, un appel à l’ordre ou à la guerre civile ?

Face à la question de la fragmentation des sociétés occidentales et des tensions sociales qui en découlent, la tentation existe d’un besoin d’ordre et de sécurité. Les chrétiens auraient-ils un rôle à jouer pour l’apaisement de nos sociétés ?

Un contenu proposé par Campus protestant

L’aumônier et le psychiatre : rivaux ou alliés ?

En prison, l’aumônier et le psychiatre offrent de rares espaces d’intimité aux détenus.

Un contenu proposé par Aumônerie protestante des prisons

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christ Seul

Christ Seul est le mensuel des Églises évangéliques mennonites de France, issues de la Réforme radicale du 16e siècle. Les Églises mennonites appartiennent à la famille des Églises protestantes. Elles sont apparues en même temps que la Réforme de Luther, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Alsace et en Suisse, au début du 16e siècle.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast