A pleine voix et dans toutes les langues

A pleine voix et dans toutes les langues

La place du dialecte et de l’allemand dans la vie de la région et des églises, par Christian Albecker, président des Eglises protestantes d'Alsace et de Lorraine.

Un contenu proposé par Ensemble - Strasbourg

Publié le 10 février 2015

Auteur : Albert Huber

Texte de Christian Albecker, président de l’Uepal.

Les places de l’alsacien et de l’allemand dans notre région, et par conséquent dans notre Église, sont très différentes : le dialecte y résiste mieux que dans d’autres régions, comme langue du quotidien et élément constitutif de notre culture et de notre identité ; l’allemand reste la langue « noble » de moins en moins utilisée, celle de Luther et des chorals luthériens, qui touchent notre fibre religieuse intime, celle, pour beaucoup d’anciens, du catéchisme de leur enfance. A cause de l’histoire, ces racines très anciennes ont donné lieu à de profonds malentendus.

L’alsacien a été combattu et refoulé par la République française après la dernière guerre comme réminiscence de l’époque allemande, ce qui a été un contresens total, la pratique de l’alsacien ayant souvent constitué une forme de résistance à l’occupant nazi. Les Alsaciens ont ainsi intégré dans leur subconscient le fait que leur dialecte était un parler suspect, en tous cas grossier et peu « chic ». Il faut reconnaître que l’alsacien n’a jamais été utilisé pour le culte, sauf à une période récente, car trop peu digne pour parler à Dieu ! Quant à l’allemand, il est resté pendant longtemps la langue de Dieu – ne dit-on pas « Gott spricht Deutsch, aber Er lebt in Frankreich » ? -, mais faute de pratique courante, il est devenu peu à peu une forme de latin d’Église, inaccessible aux jeunes et synonyme d’un passé révolu.

Y a-t-il un avenir pour l’alsacien et pour l’allemand dans notre Église ?

Je ne crois guère que le dialecte ait une chance raisonnable d’être utilisé autrement en Église que pour des circonstances particulières. Qu’on ne voie aucun mépris dans cette remarque : l’alsacien est ma langue maternelle et reste pour moi la langue du cœur, tout à fait appropriée pour la vie quotidienne. Il faut le défendre à ce titre. Je salue par ailleurs la traduction du Nouveau Testament en alsacien, D’Güet Noochricht, par Raymond Matzen et Daniel Steiner, mais je doute qu’il devienne une version utilisée pour le culte ordinaire, à la fois parce qu’il n’y a pas un alsacien, mais des alsaciens très variables d’un terroir à l’autre, et parce que le culte doit être célébré dans la langue du plus grand nombre.

Je souligne que les rares prédications en alsacien que j’ai entendues m’ont paru remarquables, car notre dialecte ne connaît pas de concepts théologiques abstraits, et le prédicateur doit donc utiliser la langue de tous les jours pour faire passer le message, ce qui est un bon exercice d’humilité évangélique !

L’avenir de l’allemand à l’église me paraît plus compromis, s’il est pratiqué de manière défensive : les cultes réguliers en allemand ont presque partout disparu, car devenus synonymes de cultes pour les vieux, de moins en moins nombreux. Il garde par contre toutes ses chances dans une perspective « offensive », ou au moins dynamique, comme ouverture à la langue du pays voisin.

Ainsi, il est important que l’UEPAL développe ses relations avec les Églises sœurs de Bade, du Palatinat et de Suisse, sous forme de jumelages entre paroisses ou d’activités transfrontalières, pour favoriser ce bilinguisme vivant. Le grand succès du récent Chorfest transfrontalier a montré combien ces rencontres sont enrichissantes, en particulier pour l’hymnologie allemande, très créative.

Tout est possible pour louer Dieu à pleine voix et dans toutes les langues, à condition de le vouloir et de s’en donner les moyens !

Dans la même rubrique...

Un nouvel aumônier à l’AEDE

L'Association des établissements du domaine Emmanuel qui accueille des personnes en situation de handicap en région parisienne a désormais un nouvel aumônier catholique, frère Marc. Entretien.

Un contenu proposé par

Du vivre ensemble au faire ensemble

L'intervention d'Ahmet Ogras, président du CFCM lors de la table ronde "Entre Bible et Coran, lire, écouter, comprendre" organisée le 29 septembre.

Un contenu proposé par Chaîne vidéos – FPF
Cyril Bonnin, le contact vrai et la sérénité

Cyril Bonnin : le contact vrai et la sérénité

A 43 ans, Cyril Bonnin, trésorier de l’Église protestante unie de Montargis et président du service d’Entraide, est un passionné de la vie.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Strasbourg

Journal des Églises protestantes de la région de Strasbourg, Ensemble était un bimestriel de 32 pages réalisé par 12 bénévoles. Il tirait à 8000 exemplaire depuis 1968.

Suite à l’interruption de parution du magazine au printemps 2017, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire