« Comme si de rien n’était »

« Comme si de rien n’était »

C’était fin des années 90, au lendemain de la mort de Lady Di. Raphaël Picon, qui était alors tout jeune pasteur à Lillebonne, avait publié dans le mensuel protestant local un bref billet intitulé « Comme si de rien n’était ».

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 10 février 2016

Auteur : Alain Houziaux

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

Il décrivait Londres atterré, terrassé par la mort de la princesse, chacun dans sa stupeur. Les rues étaient quasiment vides, Hyde Park déserté. Et pourtant, on pouvait voir un cycliste, traversant le parc, le nez au vent. Il roulait « comme si de rien n’était ».
Je ne me souviens plus de la suite du billet, mais l’image m’est restée et j’ai reçu ce « comme si de rien n’était » comme une prédication que je n’ai jamais oubliée. Et en hommage aux intuitions si profondément originales de Raphaël, je voudrais tenter de dire pourquoi.

Ce « comme si de rien n’était », on le retrouve, à peu de chose près, chez l’apôtre Paul: « Voici ce que je dis, frères, c’est que le temps est court; que désormais ceux qui ont une femme soient comme n’en ayant pas, ceux qui pleurent comme ne pleurant pas, ceux qui se réjouissent comme ne se réjouissant pas… et ceux qui usent de ce monde comme n’en usant pas; car la figure de ce monde passe » (I Corinthiens 7, 29-31). On pourrait poursuivre: Continue à vivre comme si les biens de ce monde (le mariage, la richesse…), mais aussi ses maux (les deuils, la souffrance, la vieillesse et même la mort) n’étaient « rien ».

Et pourtant, continuer à vivre comme si de rien n’était, ce n’est nullement de l’indifférence, du je m’en foutisme; c’est bien au contraire une forme de courage et d’ascèse. C’est rester libre par rapport à ce qui arrive, par rapport au destin, à l’irréparable. C’est prendre sur soi, faire bonne figure et persister, malgré tout, dans l’être et dans la vie. Matthieu 6, 17 ne dit-il pas « Quand tu jeûnes, parfume ta tête », comme si de rien n’était.
On a dit que Raphaël Picon, devant l’irréversibilité de sa maladie, était résigné; il avait consenti à sa mort. Je trouve cela exemplaire. Mais on peut dire aussi que, jusqu’au bout, il a eu du savoir-vivre, dans le sens le plus profond du terme. On peut vieillir, souffrir et même mourir avec savoir-vivre. Vivant jusqu’à la mort, comme si de rien n’était. […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

Baptistes : une nouvelle secrétaire générale à la tête de la FEEBF

Joëlle Razanajohary remplacera Marc Deroeux à la Fédération des Eglises évangéliques baptistes de France le 1er septembre.

Un contenu proposé par

Un engagement de foi pour l’inclusion

En avril dernier, le pasteur Christophe Kocher a quitté la paroisse Saint-Guillaume de Strasbourg, où il s’est distingué par son engagement en faveur de l’inclusion des personnes LGBTI dans l’Église.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Marc Bœgner, grande figure du protestantisme français (1881-1970)

Pasteur au charisme exceptionnel, il assume très tôt des charges importantes. Il porte sa vie durant une « exigence œcuménique » qui fait de lui un véritable pionnier du rapprochement entre les Églises chrétiennes.

Un contenu proposé par Musée protestant

Se laisser évangéliser pour accueillir les autres

La pasteure Sonia Arnoux a longtemps accompagné et formé des bénévoles engagés dans le diaconat protestant, à Saint-Étienne puis à Grenoble.

Un contenu proposé par Ouest-Infos

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses