« Comme si de rien n’était »

« Comme si de rien n’était »

C’était fin des années 90, au lendemain de la mort de Lady Di. Raphaël Picon, qui était alors tout jeune pasteur à Lillebonne, avait publié dans le mensuel protestant local un bref billet intitulé « Comme si de rien n’était ».

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 10 février 2016

Auteur : Alain Houziaux

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

Il décrivait Londres atterré, terrassé par la mort de la princesse, chacun dans sa stupeur. Les rues étaient quasiment vides, Hyde Park déserté. Et pourtant, on pouvait voir un cycliste, traversant le parc, le nez au vent. Il roulait « comme si de rien n’était ».
Je ne me souviens plus de la suite du billet, mais l’image m’est restée et j’ai reçu ce « comme si de rien n’était » comme une prédication que je n’ai jamais oubliée. Et en hommage aux intuitions si profondément originales de Raphaël, je voudrais tenter de dire pourquoi.

Ce « comme si de rien n’était », on le retrouve, à peu de chose près, chez l’apôtre Paul: « Voici ce que je dis, frères, c’est que le temps est court; que désormais ceux qui ont une femme soient comme n’en ayant pas, ceux qui pleurent comme ne pleurant pas, ceux qui se réjouissent comme ne se réjouissant pas… et ceux qui usent de ce monde comme n’en usant pas; car la figure de ce monde passe » (I Corinthiens 7, 29-31). On pourrait poursuivre: Continue à vivre comme si les biens de ce monde (le mariage, la richesse…), mais aussi ses maux (les deuils, la souffrance, la vieillesse et même la mort) n’étaient « rien ».

Et pourtant, continuer à vivre comme si de rien n’était, ce n’est nullement de l’indifférence, du je m’en foutisme; c’est bien au contraire une forme de courage et d’ascèse. C’est rester libre par rapport à ce qui arrive, par rapport au destin, à l’irréparable. C’est prendre sur soi, faire bonne figure et persister, malgré tout, dans l’être et dans la vie. Matthieu 6, 17 ne dit-il pas « Quand tu jeûnes, parfume ta tête », comme si de rien n’était.
On a dit que Raphaël Picon, devant l’irréversibilité de sa maladie, était résigné; il avait consenti à sa mort. Je trouve cela exemplaire. Mais on peut dire aussi que, jusqu’au bout, il a eu du savoir-vivre, dans le sens le plus profond du terme. On peut vieillir, souffrir et même mourir avec savoir-vivre. Vivant jusqu’à la mort, comme si de rien n’était. […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

Le foyer protestant continue à tisser du lien

Les dégâts de la pandémie sur l’économie et sur les travailleurs sont innombrables. Le Foyer protestant de la Duchère, à Lyon, fait partie de ces lieux qui continuent à accompagner ceux qui se sont retrouvés sur la touche…

Un contenu proposé par Réveil

Assassinat d’Éric de Putter : non-lieu de la justice française

L’enseignant et théologien français, envoyé par le Service protestant de mission, avait été assassiné au Cameroun le 8 juillet 2012.

Un contenu proposé par Réforme

Les éclaireuses, grandes oubliées de l’aventure du scoutisme

Le projet des Astrales propose de sensibiliser les membres des mouvements scouts en mettant en valeur la contribution des femmes à l’histoire du scoutisme.

Un contenu proposé par Réforme

La prière, c’est quoi ?

Emission "Cinq colonnes à la Une" - Avec nos invités nous parlons de la prière. Comment prier ? Que dire ?

Un contenu proposé par Radio Arc-en-Ciel

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire