La pratique du baptême dans le protestantisme

La pratique du baptême dans le protestantisme

Dans le protestantisme, le baptême et la communion sont les deux sacrements qui sont reconnus et pratiqués. Le baptême signifie l'union des chrétiens à la mort et à la résurrection du Christ.

Un contenu proposé par Musée protestant

Publié le 11 mars 2015

Lire directement l’article sur Musée protestant

Il atteste le pardon. Il intègre le baptisé dans l’Église. Il annonce l’Esprit et il est pratiqué au nom de Jésus-Christ.

Origine du baptême

Étymologiquement, le terme « baptême » vient du grec « baptizein » et signifie plonger, immerger. En fait, s’il a fait l’objet d’une pratique intense au temps de Jésus au premier siècle, on peut bien le situer à une date antérieure dans certaines religions. Par exemple, une pratique semblable était déjà connue dans certains courants du judaïsme comme moyen de purification rituelle pour intégrer de nouveaux membres. Plus tard, c’est Jean le Baptiste qui, au premier siècle, l’administrait en signe de repentance. Depuis l’origine de la chrétienté, pour répondre au commandement de Jésus-Christ selon l’Évangile de Matthieu 28.19-20 : « Allez donc auprès des gens de toutes les nations et faites d’eux mes disciples ; baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit… », la pratique du baptême est une des caractéristiques des Églises chrétiennes.

Signification du baptême

Le baptême est considéré comme l’un des deux sacrements que reconnaissent les principales branches du protestantisme, l’autre étant la cène (ou communion). Le sacrement, pour les Réformateurs, est un signe de la grâce de Dieu et une aide que Dieu propose pour soutenir la foi des croyants. Il est symbole d’une alliance entre Dieu et les hommes. Ainsi, le baptême est défini comme étant l’union des chrétiens à la mort et à la résurrection de Jésus-Christ selon l’épître de Paul aux Romains 6.4 : « par le baptême, en la mort de Jésus-Christ, nous avons été ensevelis avec lui, afin que comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous menions nous aussi une nouvelle vie. »

D’autre part, le baptême est le signe visible d’une grâce invisible. La grâce signifiée par le baptême, c’est la naissance du baptisé à une vie nouvelle et son entrée dans la Nouvelle Alliance entre Dieu et les hommes. […]

Lire la suite sur Musée protestant

Dans la même rubrique...

Retour de mission à l’heure du Covid-19

C’est une « session retour » inhabituelle qui s’est tenue du 3 au 4 octobre au Défap, à l’heure où les préoccupations sanitaires liées à la pandémie de Covid-19 influent fortement sur les possibilité de se déplacer à l’étranger.

Un contenu proposé par Défap

Migrants : quel appel pour l’église?

Découvrez l'édito du numéro d'octobre 2020 de Nuance : « Migrant : rester fidèle »

Un contenu proposé par Nuance

Mort et vie de l’écologie au sein du protestantisme français

Pasteur et chargé de mission pour la justice climatique de l’UÉPAL, Jean-Sébastien Ingrand retrace la longue et difficile maturation des questions écologiques dans le protestantisme français.

Un contenu proposé par Forum protestant

Des nouvelles rassurantes des scouts

Nadine Marchand, secrétaire générale de l’association de scoutisme unioniste (EEUdF), nous donne des informations sur le déroulement de l’été passé et se projette dans l’avenir.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Musée protestant

Créé en 2003,  Musée protestant (anciennement Musée virtuel du protestantisme) propose plus de 1000 notices (grandes dates, personnalités, art-patrimoine…) illustrées par 3000 images. Elles sont enrichies de vidéos, de documents et de références bibliographiques, et sont accessibles en français, en anglais et en allemand. Le Musée est réalisé en collaboration avec la Société de l’histoire du protestantisme français.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram