La Réforme, une préparation dans le temps…

Les causes derrière la Réforme sont multi­ples et complexes. Si Martin Luther est une personne clé, de nombreuses circonstances et trajectoires convergent vers 1517 pour créer un contexte qui lui permet d’avoir un impact énorme.

Un contenu proposé par Christ Seul

Publié le 29 février 2016

Auteur : Neal Blough

Lire directement l’article sur Christ Seul

Dans les lignes qui suivent, nous chercherons à relever plusieurs éléments « cachés » qui contribuent aux événements appelés aujourd’hui « la Réforme ».

L’Eglise aux commandes de la société

Nos sociétés contemporaines distinguent entre les domaines religieux et politique. L’Europe mé­diévale ne connaît guère cette séparation. Les rois et les empereurs sont chrétiens, de même que leurs royaumes. En réaction à la mainmise des seigneurs et princes sur l’Église dans leurs territoires, l’Église du 11e siècle a fortement cen­tralisé le pouvoir papal. En corollaire, l’Église affirmait son autorité sur le domaine politique. La bulle papale Unam Sanctam (1308) repré­sente le point culminant de cette prétention. « Les paroles de l’Évangile nous l’enseignent : en elle et en son pouvoir il y a deux glaives, le spirituel et le temporel […]. Les deux sont donc au pouvoir de l’Église, le glaive spiri­tuel et le glaive matériel. Cependant l’un doit être manié pour l’Église, l’autre par l’Église. »

La papauté ou le concile ?

Les penseurs politiques souhaitent se défaire d’une telle autorité ecclésiale. Au 14e siècle, Marsile de Padoue affirme la souveraineté du peuple, début de la « laïcité de l’État ». En même temps, il pense que le pouvoir ecclésiastique suprême ne réside ni dans la papauté ni dans l’épiscopat, mais dans un concile composé de délégués laïques et ecclésiastiques représentant l’ensemble. En appelant à un concile en 1520, Luther se place clairement dans ce courant appelé « laïc ». La papauté d’Avignon et le schisme papal qui s’ensuit (1378-1415) sont un scandale pour l’Eu­rope. L’Église « une » aura pendant cette pé­riode deux têtes rivales, chacune parlant « au nom de Dieu ». C’est par la tenue d’un concile à Constance (1414-1418), que l’Église met fin à ce schisme, proclamant que l’autorité finale dans l’Église réside dans le concile et non dans la papauté. Le mouvement conciliaire propulse un mouvement « réformateur ». On proclame haut et fort que l’Église doit être « réformée dans sa tête et dans ses membres ». Un siècle avant Luther, le besoin de « réforme » est officiellement constaté. […]

Lire la suite sur Christ Seul

Dans la même rubrique...

Semer des possibles en cultivant la terre ensemble

Depuis l'automne dernier, le parc du presbytère Saint-Marc, à Colmar, accueille des jardins partagés. Une initiative solidaire et nourricière, portée par des paroissiens.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Une Église qui sort de ses murs

La pasteure Valérie Mali et le conseil presbytéral ont décidé de réfléchir à une présence d’été dans le temple de Mornac-sur-Seudre, village labellisé « plus beau village de France » où déambulent des milliers de touristes.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

A La Roche-sur-Yon, un temple ouvert sur tout ce qui se passe dans la cité

Une démarche d’ouverture qui implique non seulement le prêt de salles mais aussi l’accueil et l’aide matérielle et humaine.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Les échanges internationaux, une chance pour la jeunesse

Un billet de Gérald Machabert, vice-président de VISA-Année diaconale.

Un contenu proposé par Réveil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christ Seul

Christ Seul est le mensuel des Églises évangéliques mennonites de France, issues de la Réforme radicale du 16e siècle. Les Églises mennonites appartiennent à la famille des Églises protestantes. Elles sont apparues en même temps que la Réforme de Luther, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Alsace et en Suisse, au début du 16e siècle.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants