Planter du bonheur

Planter du bonheur

Cultiver son jardin avec d'autres dans le cadre des jardins ouvriers. Témoignage.

Un contenu proposé par Ensemble - Strasbourg

Publié le 10 août 2015

Auteur : Albert Huber

Texte de Francis Fey, président des Jardins Ouvriers de Bischheim, avec Hubert Drenns

Brève évasion du côté du faubourg et d’un véritable lieu de mixité sociale et culturelle fréquenté par plus de 22 nationalités différentes répertoriées…

Les jardins ouvriers – dits familiaux aujourd’hui -, dans la banlieue nord à Bischheim, regroupent depuis 82 ans un nombre impressionnant de parcelles – quelque 600 aujourd’hui. Ils sont en majorité cogérés par une société des amis des Jardins Ouvriers de 350 adhérents issus de 22 nationalités différentes. On comprendra l’important rôle social de l’association. Plaisir d’être à l’extérieur, goût du frais produit par ses propres moyens, jardins de fleurs pour le plaisir des yeux et du nez, le jardin c’est tout cela réuni. En fin de compte, un lieu de rencontre, d’échange, d’amitié très souvent. Et le signe d’une communauté entre personnes de tous bords, où il n’y a plus de différences de classe sociale, de religion, de politique ou de nationalité.
Une ouverture envers son prochain, dans un monde où, par ailleurs, les différences s’entrechoquent de toutes parts.

Président de cette belle association, mon souhait est d’apporter un plus à chacune et chacun des membres, de leur faire oublier un peu le quotidien par le simple plaisir de faire du jardinage, de rendre possible l’évasion vers cette nature en voie de disparition. Depuis toujours, notre devise de vie à l’association a été : planter un jardin, c’est planter du bonheur.

Planter, jardiner ? Rien de bien difficile en soi, juste respecter quelques règles simples. Limiter un maximum l’emploi des produits chimiques. En toute quiétude, faire connaissance avec l’environnement de son jardin : la bonne plante au bon endroit s’épanouit et demande moins de soins. Travailler au seau d’arrosage, de préférence à l’eau de pluie. Accepter de redonner ses droits à la nature et ne pas viser à tout prix la perfection… C’est à ce prix que vous verrez revenir au jardin des hôtes bienvenus, comme les abeilles, les oiseaux, les papillons, les hérissons…

Un constat : avec un simple petit lopin de terre planté de produits frais et sains, on arrivera à une certaine économie dans le budget familial. Et puis nous ne perdons jamais de vue que, pour perdurer dans ce plaisir du jardinage, il nous faut tous agir ensemble pour l’avenir, donner une vraie image de partage en passant au jardin des journées enrichissantes, avec nos familles, nos voisins, nos amis. Pour que demain soit aussi porteur d’espérance, tant au niveau du savoir faire potager ou floral, qu’au niveau des échanges humains.

Dans la même rubrique...

“30 personnalités queer de l’Antiquité jusqu’au XXe siècle”

L’église protestante Saint-Guillaume, à Strasbourg, accueille cette exposition itinérante de portraits de personnalités connues et queer. Elle est visible jusqu’au 20 juin.

Un contenu proposé par Réforme

L’église luthérienne hostile à la séparation entre l’État et les Églises

L’historien Jean Baubérot mentionne en quelques lignes dans son ouvrage sur la loi de séparation des Églises et de l’État que l’Église luthérienne était hostile à cette séparation. Il raconte cet épisode peu connu…

Un contenu proposé par Regards protestants Vidéo

Les personnes LGBTQIA+ dans les Églises

LGBTQIA+ : derrière ce sigle à rallonge, beaucoup de sensibilités réunies! Pour aborder le sujet de l’homophobie, François Choquet s’arrête sur quelques priorités concernant l’un ou l’autre groupe.

Un contenu proposé par Réveil

Respecter la singularité

Aujourd'hui, il est plus que jamais nécessaire qu'au sein de l'Église chacun soit reconnu et respecté dans son identité propre. Que dit la déclaration de foi de l'EPUdF à ce sujet ?

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Strasbourg

Journal des Églises protestantes de la région de Strasbourg, Ensemble était un bimestriel de 32 pages réalisé par 12 bénévoles. Il tirait à 8000 exemplaire depuis 1968.

Suite à l’interruption de parution du magazine au printemps 2017, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast