L’ACE : une aide précieuse

Créé en 1996 comme une activité nouvelle de l’association d’Entraide de la paroisse de l’Étoile, l’ACE assure, comme son acronyme le mentionne, « l’Accompagnement de chercheurs d’emploi ». Présentation.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 28 février 2017

Auteur : Frédéric Genty

L’ambiance est studieuse dans la grande salle prêtée par la paroisse de l’Étoile. À l’entrée, une personne accueille. Dans un coin, du café et des biscuits sont proposés gratuitement. Les personnes sont réparties deux par deux autour de petites tables le long des murs. Je rejoins Philippe Wehrlin à l’une d’elle. Fondateur de l’ACE, il me rappelle son but : aider les gens en recherche d’emploi afin qu’ils trouvent de meilleures pistes et qu’ils soient autonomes dans la recherche.

Plus forts ensemble

Un des conseils donné régulièrement consiste à solliciter deux personnes par semaine pour qu’elles donnent chacune deux autres noms. Le réseau personnel s’étend ainsi rapidement. En effet, 70 % des postes disponibles sont dans les TPE (très petites entreprises) et se trouvent grâce à ce réseau. Il faut apprendre à le solliciter. Ce n’est pas simple car 99 % des gens en recherche d’emploi ont perdu confiance. Ainsi, la phrase « ne restez pas seuls » résonne comme un slogan. C’est d’ailleurs la première ligne du prospectus présentant l’ACE. Pour cela, l’association propose des rendez-vous avec des conseillers, douze bénévoles pour accompagner, écouter, comprendre, motiver. Chacun a réussi quelque chose dans sa vie, rappelle l’ancien président, il s’agit de le valoriser. Autant que possible, le même conseiller suit la même personne. Il est d’ailleurs choisi de manière à maintenir une certaine accointance selon le secteur d’activité ou la fonction. Les dossiers restent bien sûr confidentiels : il n’est pas rare qu’en parlant de travail, on touche à l’intime et que les larmes coulent. La personne peut venir aussi longtemps qu’elle estime en avoir besoin par séance de 1h30, toujours sur rendez-vous, uniquement les mardis et jeudis. La réciproque n’est jamais loin : ils apportent aussi : être utile ça booste, rappelle l’ancien président. Demandes et urgence sont variables. Certains ont huit jours devant eux, d’autres six mois, les deux situations n’appellent pas les mêmes solutions.

Une équipe solide

L’ACE travaille en réseau avec la Mission dans l’industrie en Région parisienne, Pôle emploi, mais aussi d’autres associations plus spécialisées : le Casp pour le logement, « coups de main » pour les petits boulots. Et nous orientons les personnes sans papiers vers la Cimade, précise le fondateur. Ainsi ce sont près de 250 personnes qui sont accompagnées par an. Le pourcentage de réussite est difficile à estimer. Les gens tournent la page, et ne reviennent nous informer que rarement. On estime à 70 % le nombre de ceux qui trouvent un travail, confie Philippe Wehrlin. Par là il faut entendre tout ce qui se présente : mission, CDD, mais aussi CDI. Nous appelons aussi pour nous tenir au courant si nous n’avons pas de nouvelles. En plus des douze conseillers, l’équipe de l’ACE se compose deux secrétaires, deux informaticiens, deux américaines pour la conversation en anglais, un psychologue, un graphologue et un juriste. L’ensemble forme une véritable équipe, heureux de leur engagement, les cas difficiles sont examinés ensemble. La formation est nécessaire. Tous les conseillers ne sont pas protestants. Pour le fondateur, la dimension protestante est à chercher dans l’équilibre entre l’accueil, le sérieux, l’humour et l’humilité devant la compréhension du problème. Ainsi, la fête fait aussi partie de la vie comme le partage une fois l’an de la galette des rois avec ceux qui sont là depuis six mois. Ce service est aussi reconnu plus largement puisqu’en 2010, l’ACE a été sélectionnée pour représenter la France auprès de Bruxelles sur le thème « les meilleures pistes d’embauche pour l’emploi des séniors ». Hasard, l’ordre alphabétique aide bien à faire connaître l’acronyme là où le fondateur avait choisit le nom en pensant au tennis : « service gagnant ».

Commentaires

Dans la même rubrique...

Le regard d’un catholique sur un synode protestant

Le Père Emmanuel Gougaud, directeur du service de la Conférence des évêques de France pour l’unité des chrétiens, prêtre dans les Yvelines, était présent au synode de l’EPUdF samedi 27 mai. Entretien.

Un contenu proposé par Réforme

Les abandons de ministère inquiètent

En phase avec leur époque, de plus en plus de pasteurs opèrent une reconversion professionnelle. Quelles en sont les causes ?

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Un ascenseur pour l’Institut protestant de théologie

L’IPT lance un financement participatif pour boucler son budget de mise en place d’un ascenseur pour rendre ses locaux accessibles à tous.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire