Un nouveau courant au sein du protestantisme

Un nouveau courant au sein du protestantisme

Fondé samedi 16 janvier, le courant des « Attestants » veut faire contrepoids aux libéraux de l’Eglise protestante unie de France.

Un contenu proposé par Protestinter

Publié le 21 janvier 2016

Auteur : Philippe Krasnopolski

Lire directement l’article sur Protestinter

Deux tiers de laïcs et un tiers de pasteurs venus de toutes les régions, une salle comble et la retransmission de la journée en temps réel sur internet : le congrès fondateur des Attestants s’est tenu ce samedi 16 janvier au Centre international Maurice Ravel à Paris rassemblant plus de 250 membres de l’Eglise protestante unie de France (EPUdF). Avec pour objectif de « fédérer, dans l’EPUdF, un mouvement de chrétiens attestant leur foi en Jésus-Christ Seigneur et Sauveur, soucieux de l’autorité souveraine de la Parole biblique pour la vie des croyants, priant pour le renouveau de cette foi au sein de l’Église protestante unie de France, et œuvrant pour la croissance de l’Église ».

Le projet a vu le jour en juin dernier après la décision de l’EPUdF d’autoriser ses pasteurs à bénir les couples de même sexe. Une décision qui, à ce jour, ne semble pas avoir connu de réel succès auprès des intéressés mais qui a alors ouvert une dispute – dans tous les sens du mot – au sein du protestantisme français. Entre évangéliques et luthéro-réformés et, parmi ces derniers, entre libéraux et futurs attestants.

Le texte fait loi

Interrogé par Protestinter quelques jours avant le congrès, le pasteur Gilles Boucomont, l’un des fondateurs du courant des Attestant, expliquait : « Ce n’est pas l’opposition à la bénédiction des couples de même sexe qui nous a mobilisés – d’ailleurs la plupart d’entre nous n’en demande pas l’abrogation – mais le fait que, pour la première fois dans l’histoire du protestantisme français, une telle décision ait été prise malgré les textes bibliques la condamnant. Cela montre que, pour certains protestants, la Bible ne fait plus autorité et que, pour eux, l’approche critique de ses textes est devenue un dogme. Dès lors, toute autre lecture de la Bible est entachée de soupçons. »

Le coupable ? Le courant libéral qui, selon les Attestants, tiendrait les rênes de l’EPUdF et de ses facultés de théologie. « Le libéralisme protestant, c’était à l’origine l’idée qu’il fallait réfléchir à ce que l’on croit, poursuit Gilles Boucomont. Aujourd’hui, c’est d’être le moins en retard possible sur la société, d’être des chrétiens moins ringards que les cathos. Le protestantisme est ainsi devenu le faire-valoir de la pensée unique, la bonne conscience du christianisme. Le protestantisme n’est plus que sociologique. On a gardé la culture mais pas la sève ».

Réaffirmer les bases

Un an avant le 500è anniversaire de la Réforme en 2017, les Attestants entendent donc en réaffirmer les bases – Sola Gratia, Sola Fide, Soli Deo Gloria, Solus Christus, Sola Scriptura – et devenir, grâce à un nouvel élan missionnaire, un ferment de réveil pour l’EPUdF en contribuant, selon sa déclaration d’intention, activement à ses réflexions théologiques, expériences d’Église, et instances décisionnelles. […]

Lire la suite sur Protestinter

Commentaires

  • Xavier Mainguy

    Cette « bénédiction » accordée à ceux qui, étant homosexuels, veulent la bénédiction de l’Eglise sur leur mariage est une abomination pour eux-mêmes et une catastrophe pour l’EPUF, dont c’est malheureusement la première décision majeure. Déjà les courants antis et pros se forment ; les « Attestants » en sont une illustration. Comment peut-on s’opposer à tel point à la Parole de Dieu et continuer à prétendre vivre sa Parole ? Conséquence parmi d’autres, de cette aberration théologique ; il n’y aura pas de « Protestants en fête » en 2017 à Lyon comme c’était prévu depuis le succès de l’édition 2013 à Paris. Nous ne sommes plus en « fête ». Nous sommes consternés, abasourdis et profondément attristés, qu’une telle brèche ait pu être ouverte de propos délibérés, dans le Protestantisme que nous aimons. Que nous reste-t-il ? Ne pas juger les personnes qui ont commis cet acte, ne pas combattre cette lubie qui doit beaucoup plus à la mode, aux mœurs de la société, à la volonté de plaire, qu’à une réflexion théologique authentiquement biblique, tant sur l’homosexualité que sur le mariage lui-même. Il nous reste la prière individuelle et collective, le dialogue permanent envers et contre tout, la manifestation de l’amour fraternel, notamment par l’accueil sans restriction de ceux qui sont homosexuels dans nos communautés. Ce ne sera pas facile ni rapide ni simple de revenir sur cette blessure car le coup porté à l’édifice tout entier est sévère – Amicalement et fraternellement à tous.

  • yves921

    Non ce ne sera pas facile de revenir sur cette blessure – je reprends la conclusion du com si pertinent de Xavier Mainguy, beaucoup ont du se résoudre à constater ce qu’était devenue en vérité l’église à laquelle ils demeuraient attachés mais où ils ne peuvent plus se retrouver. Et quand nos yeux se sont ouverts, on ne peut revenir en arrière. Oui c’est aussi tout le protestantisme qui en est profondément blessé car la fête attendue pour 2017 en a été sabordée et le témoignage de l’Evangile couvert de la honte d’une confusion supplémentaire et d’une division entre protestants. Qui pourrait y voir l’action de l’Esprit Saint ?

Dans la même rubrique...

Spot radio du 16 mai

En 1 minute chrono, l'essentiel de l'actualité traitée par les médias protestants au 16 mai 2017.

Un contenu proposé par Regardsprotestants

Spot radio du 25 avril

En 1 minute chrono, l'essentiel de l'actualité traitée par les médias protestants au 25 avril 2017.

Un contenu proposé par Regardsprotestants

En mars, vous avez aimé…

Regardsprotestants dresse la liste des contenus les plus cliqués en mars 2017. L'occasion de découvrir ou re-découvrir vos articles préférés !

Un contenu proposé par Regardsprotestants

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinter

Établie en Suisse romande, l’agence de presse Protestinter porte un regard international sur la vie des Églises. Elle se définit comme un outil pour comprendre le rôle du christianisme et des autres religions dans un esprit œcuménique.

Derniers contenus du partenaire