Croire à la providence… une protestation

Croire à la providence… une protestation

Et si malgré les horreurs et le tragique de la vie, la foi en la providence était, au bout du compte, une forme de protestation contre le mal ?

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 16 juillet 2019

Auteur : Antoine Nouis

La semaine dernière j’ai été invité à participer à un débat sur Rcf (Radio chrétienne francophone) sur le thème de la providence[1]. La question est fondamentale et brûlante. Il y a en chacun de nous un enfant qui veut croire à la providence, et un adulte qui lit les livres d’histoire et le journal et qui se demande comment on peut y croire face au déferlement du mal et au tragique de la vie. Comment ne pas donner raison à Primo Lévi qui écrivait : « Aujourd’hui, je pense que le seul fait qu’un Auschwitz ait pu exister devrait interdire à quiconque, de nos jours, de prononcer le mot de providence » ? Face à cette constatation glaciale, que faire des versets de la Bible qui disent que Dieu nous protégera[2], que nous ne devons pas craindre car les cheveux de notre tête sont comptés[3] et que tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu[4] ?

Malgré Primo Lévi, la méditation des Écritures me donne cinq raisons pour lesquelles je veux croire à la providence… quand même.

  1. Jésus nous appelle à redevenir comme un petit enfant (Mt 18.3), non pas à devenir infantile, mais à retrouver un esprit d’enfance. Dans Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche a parlé des trois métamorphoses : « Comment l’enfant devient chameau, comment le chameau devient lion et comment enfin le lion devient enfant. » La confiance à cultiver n’est pas en deçà de la confrontation avec le grand malheur, mais au-delà, une confiance quand même. Certains théologiens l’ont appelée une naïveté seconde.
  2. Cet esprit d’enfance qui est au-delà du chameau et du lion intègre la colère et la révolte face au mal. Avec les hommes de la Bible, la foi en la providence m’appelle à interpeller Dieu et à lui dire avec le psalmiste : « Pourquoi, Seigneur… te caches-tu dans les temps de détresse ?… les voies du méchant réussissent en tout temps[5]», ou avec Jérémie : « Tu es trop juste, Seigneur, pour que je t’accuse ; je veux néanmoins te parler d’équité : pourquoi la voie des méchants est-elle celle de la réussite[6] ? »
  3. L’esprit d’enfance est le contraire de l’arrogance. Je veux croire à la providence car je ne veux pas ressembler à cette puce qui voyageait avec une copine dans l’oreille d’un éléphant. Quand l’éléphant est passé sur une passerelle l’édifice a tremblé et la puce a alors dit à sa copine : « t’as vu comme on a fait trembler le pont ! ». Je crois à la providence parce que Paul a écrit : « Qu’as-tu que tu n’aies reçu[7]? »
  4. Je crois à la providence parce que l’échelle de temps de Dieu n’est pas la nôtre. Abraham est devenu le père de la foi le jour où il a répondu à l’appel de Dieu qui lui promettait une terre et une descendance. Il n’a eu qu’un seul enfant de la promesse vingt-cinq ans plus tard et la seule terre qu’il ait jamais possédée est la grotte dans laquelle il a enterré sa femme. Pourtant qui pourrait dire que cette promesse n’a pas été exaucée ? Dans l’épître aux Hébreux, il est dit des grands hommes de foi qu’ils « sont morts, sans avoir obtenu les choses promises ; cependant ils les ont vues et saluées de loin[8]. »
  5. Je crois à la providence parce que, lorsque je regarde le monde, je vois des pauvres qui y croient et des riches qui pensent qu’ils n’en ont pas besoin. Leonardo Boff est un prêtre brésilien théologien de la libération, il rapporte un témoignage : « J’ai vu un jour une femme plantée debout sur ses jambes, telle une Pietà ; son fils de quinze ans venait d’être abattu par la police ; il était son fils unique et lui rapportait ce dont elle avait besoin… elle ne pleurait plus car elle n’avait plus de larmes ; mais elle était profondément triste. Je lui demandais : “Madame, croyez-vous toujours en Dieu ?“ Alors elle me regarde, avec un regard droit : “Comment pourrais-je douter de Dieu, qui est mon Père ? À quoi m’accrocherais-je si je ne pouvais compter sur le soutien de Dieu et me sentir entre ses mains ?“ » À cause de cette femme qui me fait penser à plusieurs autres que j’ai rencontrées, je ne peux pas ne pas m’accrocher à l’espérance d’un dieu qui veille sur nous et qui nous accompagne dans les méandres de notre vie.

Au-delà du tragique de la vie et de la confrontation avec le grand malheur, la foi en la providence est une protestation contre le mal, au nom de l’espérance.

[1] https://rcf.fr/spiritualite/fondamentaux-de-la-foi/la-providence-cette-generosite-de-dieu

[2] Ps 91.

[3] Mt 10.28-30.

[4] Rm 8.28.

[5] Ps 10.1-2,5.

[6] Jr 12.1.

[7] 1 Co 4.7.

[8] Hé 11.13.

Dans la même rubrique...

Pour comprendre La théologie féministe de Marie-Françoise Hanquez-Maincent

La construction d’une théologie féministe

Un petit essai passionnant qui a le mérite de la concision et de la clarté et qui complétera avec brio le rayon "féminisme" de votre bibliothèque.

Un contenu proposé par Blog de la Librairie protestante

Accepter ses limites

A force de tout vouloir contrôler, on ne maîtrise finalement plus grand chose. Petite leçon de théologie sur le "lâcher-prise" avec la pasteure Nadia Bolz-Weber.

Un contenu proposé par Campus protestant
Paul Tillich/Christina Rutz

Quand les fondations vacillent

Les sermons de Paul Tillich n’ont rien perdu de leur pertinence en notre époque troublée. Ils sont publiés chez Labor et Fides.

Un contenu proposé par LibreSens

Faut-il avoir peur du diable ?

Le diable n'est, dans la Bible, que l'autre nom du mal qui est toujours absurde et erratique. Explications du pasteur Louis Pernot.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire

Abonnez-vous à un média protestant !