La bénédiction du frère rejeté

La bénédiction du frère rejeté

La Bible fourmille d’histoires de frères et de sœurs. Dans cette galerie de faits divers qui ressemblent tant à nos histoires de familles, zoom sur le parcours de Joseph et ses frères.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 15 octobre 2017

Auteur : Claude Mourlam

Par Claude Mourlam, pasteur à Strasbourg, responsable du service d’animation biblique de l’UEPAL.

Comme souvent, c’est à la mort du père que le chaos menace les relations entre les héritiers. Les frères de Joseph en ont bien conscience après le décès de Jacob dont l’aura était aussi synonyme d’autorité (Genèse 50, v. 15) : « Si Joseph allait nous traiter en ennemis et nous rendre tout le mal que nous lui avons causé ! »

Il faut dire qu’ils en ont gros sur le cœur, les Ruben, Siméon, Lévi et tous les autres. Car quelques années plus tôt ils ont dépouillé leur petit frère de sa belle tunique pour la couvrir de sang. Et le subterfuge a fonctionné. Jacob a cru son fils préféré victime d’une bête féroce alors qu’il avait été vendu à des marchands en partance pour l’Égypte. Les péripéties de Joseph lui ont fait connaître ensuite, dans ce nouveau pays, bien des hauts et des bas, des prisons et des palais…

Et puis est venu le temps inattendu des retrouvailles. La résilience avait positivement forgé le caractère de Joseph. L’enfant rejeté était devenu assez fort pour pardonner et ne pas reproduire une attitude symétrique de rejet. Il en était même venu à relire l’histoire de sa famille en la situant sous l’angle de l’action d’un Dieu qui avait prévu cette possibilité d’une fin heureuse (Genèse 45, v. 5) : « Ne soyez pas tourmentés de m’avoir vendu ici, car c’est Dieu qui m’y a envoyé avant vous pour vous conserver la vie » ; ou encore (Genèse 50, v. 20) : « Vous avez voulu me faire du mal, Dieu a voulu en faire du bien : conserver la vie à un peuple nombreux comme cela se réalise aujourd’hui 

Dieu, tuteur de résilience

Ces paroles de Joseph indiquent que Dieu, présent à ses côtés en toutes circonstances, a pleinement joué le rôle de tuteur de résilience. Au lieu de se terminer dans le bain de sang d’une classique vengeance, l’histoire de cette famille s’ouvre alors sur un avenir serein.

Dans le contexte de cette réelle crise familiale, Joseph est donc en capacité de trouver des paroles sincères de réconfort pour ses frères (Genèse 50, v. 21) : « » Désormais, ne craignez pas, je pourvoirai à votre subsistance et à celle de vos enfants”. Il les réconforta et leur parla cœur à cœur. »

Que retenir au final de cette saga familiale ? Sans doute que le chemin du secours de Dieu peut parfois passer par la relation fragile et incertaine avec un frère autrefois rejeté. Et plus encore que la liberté peut être cherchée auprès de Dieu. Telle a été du moins la voie empruntée par Joseph.

Dans la même rubrique...

Célébrer la beauté, une démarche spirituelle

Lorsque la vérité est brisée par le mensonge et que la bonté est écrasée par la méchanceté, la beauté demeure. Elle défie les systèmes totalitaires les plus inhumains, comme les sociétés les plus matérialistes.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

Appeler Dieu « Seigneur » est-il passé de mode ?

Pour garder sa fraîcheur, l’Église a besoin de ressources linguistiques, dans le but de rester pertinente et contemporaine. De quoi bouleverser notre langage !

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

La parabole du serviteur impitoyable expliquée

Complétant ce qu'il a dit sur la façon de désarmer les conflits, Jésus demande ici d'aller jusqu'au pardon illimité. Explications.

Un contenu proposé par Campus protestant

Rester célibataire, est-ce désobéir à Dieu ?

Que faire si on se sent appelé à rester seul et à ne pas avoir d'enfant ? L'épître aux Corinthiens de Paul nous libère t-elle du commandement de la Genèse ? La réponse d'un théologien.

Un contenu proposé par 1001questions.fr

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram