La réforme des retraites et le respect des autorités

La réforme des retraites et le respect des autorités

Peut-on remettre en cause les actions d'un pouvoir légitimement élu ? S'inspirant du Livre des Psaumes, le théologien Antoine Nouis analyse le mouvement social qui secoue actuellement le pays.

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 10 décembre 2019

Auteur : Antoine Nouis

Ces derniers jours, j’ai médité sur les Psaumes 57, 58 et 59 qui ont tous les trois le même titre dans le premier verset : « Ne détruis pas ! » Intrigué par ce titre, j’ai consulté les commentaires qui le mettent en lien avec un épisode bien particulier. Alors que David est en fuite pour échapper à la haine pathologique du roi Saül qui en veut à sa vie, il se réfugie avec ses hommes dans une grotte.

Lorsque Saül entre seul dans cette grotte pour satisfaire un besoin naturel, les hommes de David lui disent que Dieu lui a remis son ennemi, mais David leur interdit de toucher au roi : « Ne détruis pas ! » : « Que le Seigneur me garde de commettre une telle action, de porter la main sur mon seigneur, sur l’homme qui a reçu l’onction du Seigneur ![1]»

Aux yeux de David, Saül n’était pas un bon roi, mais il estimait qu’il ne devait pas l’abattre, car il avait reçu l’onction du Seigneur. Ce n’est qu’après la mort de Saül que David est monté sur le trône et qu’il a gouverné le pays.

Il n’est pas très difficile de mettre ce récit en lien avec l’actualité. Sur la question de la réforme de retraites, j’ai donné mon avis dans l’article du 20 septembre[2], et j’attends d’avoir les propositions définitives du gouvernement pour me faire une opinion définitive. Je reconnais la possibilité à ceux qui craignent de perdre certains avantages d’exprimer leur opinion et de protester, mais en respectant le cadre de la civilité démocratique.

La loi qui est proposée vient d’un pouvoir qui a été légitimement élu et qui avait inscrit la réforme dans son programme. Le fonctionnement démocratique veut que ceux qui ne sont pas d’accord fassent leurs propres propositions et qu’ils les présentent lors des prochaines élections. S’ils arrivent à rassembler la majorité des suffrages, ils pourront alors revenir sur la loi qui se prépare.

En démocratie, ce n’est pas la rue qui décide de la politique d’un pays, mais le bulletin de vote.

[1] 1 S 24.7.

[2] https://leblogdantoinenouis.fr/societe/la-reforme-des-retraites-tu-honoreras-la-personne-du-vieillard/

Sur le même thème

Réforme des retraites : les cadres de la RATP se joignent à la grève

Réforme des retraites : les cadres de la RATP se joignent à la grève

La CFE-CGC RATP, syndicat de cadres de la RATP, a appelé à la grève ce 5 décembre. Ce qui est relativement rare. Focus sur leurs raisons.

Un contenu proposé par

Les grèves, la politique et l’imaginaire

Le politologue Stéphane Rozès estime que toute grève massive a des implications politiques.

Un contenu proposé par

Le mécontentement en France vu par Attac

Des militantes d'Attac Alès passent en revue tous les motifs qui alimentent les mécontentements en France.

Un contenu proposé par Radio Grille Ouverte
Retour sur les grèves de 1995...

Retour sur les grèves de 1995…

L’expert en politique Stéphane Rozès revient sur les grandes grèves de 1995

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram