Le sabbat, un marqueur identitaire et une discipline spirituelle
Théologie

Le sabbat, un marqueur identitaire et une discipline spirituelle

Comme le disait le rabbin Joseph Telushkin : « Ce qui fonde la théologie du Sabbat, c’est la notion révolutionnaire que l’être humain est digne de considération, même lorsqu’il ne travaille pas, ne produit rien. »

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 14 septembre 2021

Auteur : Antoine Nouis

Dans cette nouvelle série, je voudrais faire partager quelques perles bibliques que je glane au fil de mes lectures.

Ce n’est que ces derniers temps que j’ai pris conscience de l’importance du sabbat dans la Bible. C’est le commandement qui est répété le plus grand nombre de fois dans le livre de l’Exode puisqu’il est donné au moment de la manne (16.23), dans les Dix paroles (20.8), en lien avec les années sabbatiques (23.12), au moment du renouvellement de l’alliance (34.21) et une dernière fois après le retour de Moïse au camp (35.2). Le livre des Chroniques dit que le peuple a été envoyé en exil parce qu’il n’a pas respecté le sabbat de la terre (2 Ch 36.21).

La première apparition du sabbat se situe le septième jour du premier récit de création. Le texte dit : Dieu bénit le septième jour et en fit un jour sacré, car en ce jour Dieu se reposa de tout le travail qu’il avait fait en créant (Gn 2.3). Les sages se sont posé une question : Si Dieu avait sept jours à sa disposition pour créer le monde, pourquoi s’est-il dépêché de tout faire en six ? Ils ont répondu que le septième jour, Dieu a encore créé quelque chose : il a créé le repos. Ce commentaire nous rappelle que le sabbat n’est pas l’absence de travail, c’est une œuvre de création. Ce n’est pas un simple arrêt parce qu’il faut de temps en temps permettre à la machine de récupérer pour être plus efficace, c’est une prise de distance pour nous aider à penser ce qu’on vit, à donner du sens à son existence.

L’idéologie de notre monde est comme un gaz incolore, inodore et sans saveur, on l’inhale sans s’en apercevoir. Progressivement, on se laisse façonner par la pensée dominante qui nous fait croire que la valeur d’un individu est proportionnelle à sa surface financière, à la notoriété de son travail, à la qualité de son carnet d’adresses et au nombre de personnes qui le reconnaissent. La Bible répond avec le commandement du sabbat, car il faut du temps pour remettre les choses à leur juste place. Comme le disait le rabbin Joseph Telushkin : « Ce qui fonde la théologie du Sabbat, c’est la notion révolutionnaire que l’être humain est digne de considération, même lorsqu’il ne travaille pas, ne produit rien. »

Le commandement du sabbat est le devoir de s’arrêter pour ne jamais oublier de réenraciner son histoire dans le terreau de l’Évangile.

Vous pourriez aimer aussi

Que dit la Bible du repos ?

Que dit la Bible du repos ?

La rentrée est aussi l'occasion de reconsidérer la place accordée au repos dans la vie de tous les jours. Quelques questions pour tester ses connaissances !

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Un sabbat forcé pour une humanité frénétique ?

Le confinement met en valeur le fait que nous faisons tous partie d’une très grosse machine qui n’aime pas être arrêtée, ni même ralentie.

Un contenu proposé par Point-Théo
Faire du confinement un sabbat

Faire du confinement un sabbat

Et si la théologie nous aidait à faire du confinement un sabbat ? L'analyse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast