Ne pas se tromper de Résurrection
Pâques

Ne pas se tromper de Résurrection

Dans les évangiles, la résurrection n’est pas racontée : ce qui est évoqué, c’est le tombeau vide. L'analyse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 14 avril 2020

Auteur : Antoine Nouis

Après avoir participé à un culte de Pâques grâce à Zoom, quelques mots sur la résurrection.

Ce que la résurrection n’est pas

Pour nous aider à entendre les récits de résurrection, je voudrais commencer par dire ce qu’elle n’est pas. En négatif, voici donc un récit de l’évangile de Pierre, un évangile apocryphe – c’est-à-dire un évangile qui n’a pas été retenu dans nos Bibles – qui date du deuxième siècle.

« Dans la nuit où naissait le jour du Seigneur, tandis que des soldats, deux à deux, montaient la garde, il se fit un énorme bruit dans le ciel, et ils virent le ciel s’ouvrir et deux hommes, tout rayonnants, en descendirent et s’approchèrent du tombeau. Et cette pierre, placée à la porte, se mit à rouler d’elle-même et s’écarta, le tombeau s’ouvrit et les deux jeunes gens entrèrent. Quand les soldats virent cela, ils alertèrent le centurion et les anciens ; car eux aussi étaient là pour surveiller. Et tandis qu’ils étaient encore en train de raconter ce qu’ils avaient vu, ils virent trois hommes sortir du tombeau, les deux (précédents) soutenant un troisième, et une croix allait derrière eux ; la tête des deux touchait au ciel, mais la tête de celui qu’ils conduisaient dépassait même le ciel. Et l’on entendit une voix venant du ciel dire : « As-tu prêché à ceux qui se sont endormis ? » Et, de la croix, vint une réponse : « Oui. » Alors ils se concertèrent et décidèrent d’aller chez Pilate et de lui en faire rapport. »

Ce texte nous permet d’entendre la singularité des évangiles bibliques qui disent autre chose. Ils ne décrivent pas l’événement résurrection, ils évoquent une absence.

Ce que la résurrection est

Dans les évangiles, la résurrection n’est pas racontée, ce qui est évoqué, c’est le tombeau vide. Lorsque le ressuscité se présente à ses disciples, il disparaît dès qu’ils veulent le saisir. C’est à partir d’une absence qu’il se révèle.

Lao-Tseu, un sage du VIe siècle avant Jésus-Christ, a fait l’éloge du vide : « Trente rayons convergent vers le moyeu, mais le vide entre eux fait avancer le char. D’une motte de glaise, on façonne la jarre, mais c’est le vide en elle qui en donne l’usage. Murs, portes et fenêtres forment la maison, mais le vide de la chambre permet d’y habiter. »

La résurrection nous invite à cultiver un espace vacant en nous dans lequel le Christ ressuscité viendra habiter la fragilité de notre humanité.

Que le ressuscité viennent dans notre histoire et nous pourrons dire avec le Père de l’Église Grégoire de Naziance :

« C’est la Pâque du Seigneur, c’est le temps de la résurrection et le commencement de la vraie vie. Hier attaché à la croix avec le Christ, je suis glorifié aujourd’hui avec lui ; mourant hier avec lui, avec lui aujourd’hui je reviens à la vie ; enseveli hier avec lui, avec lui aujourd’hui je ressuscite. Le Christ qui est ressuscité des morts me renouvelle moi aussi en Esprit et me fait revêtir l’homme nouveau. »

Vous pourriez aimer aussi

La résurrection du Christ dans le contexte actuel

La résurrection du Christ dans le contexte actuel

La fête de Pâques nous porte, habituellement, à l’optimisme. Il y a, il faut le dire, un collage, un peu ambigu, entre le calendrier liturgique et les rythmes naturels.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance
Jésus est-il vraiment ressuscité ?

Jésus est-il vraiment ressuscité ?

La croyance en la résurrection du Christ est en recul. Qui y croit encore et que signifie le message de Pâques aujourd’hui ? Résultats et analyse d’un sondage exclusif, réalisé par l'institut Link.

Un contenu proposé par Quart d’heure pour l’essentiel
La résurrection s’est inscrite dans l’histoire

La résurrection s’est inscrite dans l’histoire

Le théologien protestant mennonite Claude Baecher décrypte cette fête millénaire qu'est Pâques.

Un contenu proposé par Quart d’heure pour l’essentiel
Jésus est resté au tombeau trois jours et trois nuits

Jésus, resté au tombeau trois jours et trois nuits

La tradition raconte que Jésus est resté trois jours et trois nuits au tombeau, bien qu’il y ait été mis le vendredi et soit ressuscité dimanche. Pourquoi ?

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire