Peut-on transmettre la foi ?

Peut-on transmettre la foi ?

La réponse à la question posée par le titre de cet article est sans ambiguïté : Non ! La foi ne se transmet pas par un raisonnement, un témoignage ou une éducation. Cela veut-il dire qu’il ne faut pas témoigner ?

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 17 septembre 2019

Auteur : Antoine Nouis

En théologie, c’est le Saint Esprit qui donne la foi, pas l’humain. Elle relève du commerce singulier entre le souffle de Dieu et la liberté d’un sujet.

Cela veut-il dire qu’il ne faut pas témoigner ? La réponse est tout aussi claire : oui, il faut témoigner, pas pour donner la foi, mais parce que le Seigneur nous le demande. Des fois qu’il aurait décidé de passer par nous pour que sa parole touche un cœur !

Que dire pour parler de la foi ? Une piste pour répondre à cette question se trouve dans ce que la tradition rabbinique a appelé les lois de Noé qui sont les lois naturelles qui sont accessibles à tous les humains sans révélation particulière. Parmi ces sept lois, deux concerne la foi. Une dit : « tu ne maudiras pas Dieu » et une autre : « tu ne te feras pas d’idole ».

Ne pas maudire Dieu, c’est laisser la question de Dieu ouverte, ne pas s’enfermer dans un athéisme dogmatique qui dirait : Il n’y a rien à chercher puisqu’il n’y a rien à trouver.

Un jour, un philosophe rationaliste est allé voir un maître spirituel pour le provoquer. Il le trouve en méditation devant un livre d’étude. Le sage ne semble pas avoir remarqué sa présence. Au bout d’un moment il lève les yeux et dit : « Peut-être est-ce vrai malgré tout ! » Puis il se remet à son étude. Lorsque le philosophe engage le débat, le maître répond : « Les sages avec lesquels tu as discuté ont perdu leur temps et leur salive avec toi, et tu n’as fait que rire de leurs paroles en t’en allant. Selon toi, ils n’étaient pas capables de poser sur cette table le Royaume de Dieu, ni Dieu lui-même. J’en suis, moi aussi, incapable. Alors je n’ai qu’une chose à te dire : Peut-être est-ce vrai malgré tout ! » Le philosophe rationaliste veut formuler une réponse, mais il ne le peut. Un seul mot, peut-être, retentit au fond de lui, et le laisse sans mots. Ne pas maudire Dieu, c’est laisser un espace à ce peut-être.

L’autre commandement dit de ne pas avoir d’idole, c’est-à-dire de ne pas attribuer un statut divin à ce qui n’est pas Dieu. Le philosophe Abraham Heschel a donné la définition suivante : « Qu’est-ce qu’une idole ? Une chose, une force, une personne, un groupe, une institution, une doctrine ou un idéal que l’on regarde comme suprême. Or, un seul est suprême : Dieu. »

Campus Protestant vient de publier une vidéo intitulée « Cinq raisons pour lesquelles je crois en Dieu. » J’ai essayé dans le texte de poser la question de Dieu pour laisser chacun faire son propre cheminement.

Sur le même thème

5 raisons pour lesquelles je crois en Dieu

Croire en Dieu, est-ce raisonnable ? Oui, répond cette vidéo qui explore cinq bonnes raisons d’envisager cette possibilité.

Un contenu proposé par Campus protestant
La Bible et le Gospel

La Bible et le gospel

Gospel Train vous présente son nouveau spectacle, une autre manière de faire découvrir ou de redécouvrir la Bible !

Un contenu proposé par Nuance
Jean-Claude Guillebaud : être chrétien ce n'est pas se taire

Etre chrétien, ce n’est pas se taire

Le christianisme est en perte de notoriété. Cela s'explique-t-il par une certaine médiocrité chrétienne, voire un manque de courage ? Les réponse de l'essayiste Jean-Claude Guillebaud.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire