« La tête haute » pour monter les marches

« La tête haute » pour monter les marches

Un film français social pour l'ouverture du 68è Festival de Cannes. On est loin des paillettes et face à de talentueux acteurs.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 18 mai 2015

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Lire directement l’article sur ArtSpi'in

Cette 68ème édition du Festival de Cannes a choisi de changer les habitudes en proposant en ouverture un film français social, loin des superproductions à paillettes. « La Tête haute » d’Emmanuelle Bercot, qui sort également sur les écrans français, nous fait donc entrer dans la quinzaine de façon plutôt directe et en tout cas, pas dans la dentelle.

C’est dans le bureau d’une juge pour enfants, jouée par Catherine Deneuve, que tout commence assez brutalement, dans un face à face choc avec une jeune mère de famille qui « pête les plombs » devant le regard muet de son bambin de 6 ans, le jeune héro de l’histoire, Malory (Rod Paradot). On suivra son parcours sur plus de 10 ans fait de ruptures, de violences, et de tentative d’accompagnement par la juge, mais aussi par un éducateur cherchant inlassablement à le sauver de lui-même.

Ma première envie est de souligner le magnifique travail d’acteurs de façon assez large mais en particulier du trio évoqué précédemment : Catherine Deneuve bien sûr, le jeune Rod Pardadot, que le nouveau président Pierre Lescure nous avait annoncé en conférence de presse pré-festival comme bouleversant et un Benoît Magimel d’une justesse et d’une vérité étonnante.

« La Tête haute » est un film d’aujourd’hui qui colle à une réalité sociale, celle de disfonctionnements familiaux, sociaux pouvant se manifester… de violences physiques, verbales, psychologiques… et des difficultés d’un système éducatif et de justice face à des mineurs touchés de plein fouet par une certaine cruauté de la vie. […]

Lire la suite sur ArtSpi'in

Dans la même rubrique...

Une exposition interroge la mission protestante en Afrique

Le Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN) revient sur la mission protestante en Afrique australe au tournant des XIXe et XXe siècles.

Un contenu proposé par Réformés

« Comment rester écolo sans finir dépressif »

Un livre que la journaliste Laure Noualhat a muri pendant dix ans. Le temps, pour elle, de suivre son propre cheminement d'éco-dépression puis de résilience.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Une mémoire algérienne

Compte-rendu de lecture du livre de Benjamin Stora, paru chez Robert Laffont, collection Bouquins.

Un contenu proposé par LibreSens

« Satisfaction » des Rolling Stones

Cette chanson fut un succès surprise pour les Rolling Stones, qui n’avaient pas prévu d’en faire un single. L'analyse de Jonathan Hanley.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast