L+HOMME+IRRATIONNEL

L’homme irrationnel

Abe Lucas, professeur de philosophie est dépressif, alcoolique, cynique, impuissant. Il souffre d’un mal de vivre que ni les avances de sa collègue Rita ni celles de sa brillante et pétillante étudiante Jill n’arrivent à conjurer.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 4 novembre 2015

Auteur : Michelle Lamouroux

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Sur un fond de fable philosophique, ce film commence par une intrigue amoureuse pour finir en un thriller hitchcockien. Il se nourrit de tous les films de ces dernières années et c’est l’un des plus réussis. Le réalisateur s’amuse, en une série de clin d’œil à la filmographie de Hitchcock.

On y retrouve les thèmes chers à Woody Allen : la fascination pour le meurtre. Chez Woody Allen le meurtre n’est pas un acte gratuit. (Match point, Le rêve de Cassandre). Ici le meurtre doit nous débarrasser d’un juge partial et injuste qui représente la ‘banalité du mal’. C’est l’anti-Dostoïevski, un crime joyeux sans culpabilité, mettant en cause la morale.

Autre thème : le chaos de la vie où tout est irrationnel, rien ne fonctionne comme prévu. Il ne sert à rien de vouloir programmer sa vie son destin. Le hasard, l’aléatoire, l’absurde bouleversent toujours les organisations humaines. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Le gospel du mois : « Oh freedom »

Au programme de l'émission Le gospel du mois : "Oh freedom", l'un des negro spirituals qui résume le mieux le message de ces chants d'espérance.

Un contenu proposé par Radio Grille Ouverte

Le Diable tout le temps… sobrement lumineux !

Un thriller obscur sur fond spirituel et à tendance gothique avec un casting cinq étoiles.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Une idée de promenade… La Rochelle et son musée d’histoire protestante

À la veille des 450 ans de la Confession de foi de la Rochelle (1559), le Musée rochelais d’histoire protestante a repensé complètement sa muséographie.

Un contenu proposé par Ouest-Infos

Un simple thé pour revenir à l’essentiel

"Dans un jardin qu’on dirait éternel", la réalisatrice Tatsushi Ohmori dépeint cette tradition ancestrale comme un refuge pour les femmes, un sanctuaire immaculé de calme et de sérénité.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast