Protestantismes : vocabulaire typologique

Protestantismes : vocabulaire typologique

La première synthèse sur tous les objets patrimoniaux liés au culte protestant, de 1517 au XXIe siècle, avec une riche iconographie, parfois inédite. Une étude dirigée par Mireille-Bénédicte Bouvet.

Un contenu proposé par LibreSens

Publié le 26 janvier 2018

Lire directement l’article sur LibreSens

Compte-rendu de Gabrielle Cadier-Rey, paru dans la revue LibreSens n°235 de janvier-février 2018

Depuis les années 1960, le Centre des Monuments nationaux publie de prestigieux volumes consacrés au patrimoine artistique de la France, architecture comme mobilier. Ces livres ont une vocation scientifique : analyser les caractéristiques des techniques et des formes et en fixer la définition, le même mot pouvant désigner des choses différentes selon l’époque ou la région ; mais aussi l’inverse, des mots variés pour désigner le même artefact. C’est pourquoi le sous-titre de ce beau livre, abondamment illustré, met l’accent sur le vocabulaire : « Il ne s’agit donc pas d’un dictionnaire historique du protestantisme qui existe par ailleurs, ni d’une présentation théologique ou sociale de cette branche spécifique du christianisme. L’objectif est bien d’essayer de […]

Lire la suite sur LibreSens

Dans la même rubrique...

Le génie des frères reclus

Le génie des frères reclus. Elie

Il est dommage que ce livre, si riche en documents, soit entaché de trop d’approximations, d’une chronologie flottante.

Un contenu proposé par LibreSens
Comment êtes-vous devenu chef de la chorale des Gospel Kids ? J’ai découvert le gospel à 17 ans, en 2000, en passant un jour devant l’église de Hautepierre, quartier où j’habitais. J’ai entendu Oh happy day qui est chanté dans Sister Act 2, film qui m’avait fortement marqué. À ce moment-là, il est devenu évident pour moi que j’allais rejoindre le groupe. J’ai mis de côté ce que j’aimais pour me consacrer entièrement à la chorale des High Rock Gospel Singers, créée et dirigée par le pasteur Frédéric Setodzo, qui a été super avec moi et m’a encouragé. Je n’avais pas la fibre d’un chanteur mais je crois que, avec de l’énergie, de la volonté et du plaisir, on peut faire beaucoup. En 2003, j’ai commencé à intervenir bénévolement dans des écoles. Je me sentais comme un vrai professeur et j’aimais, déjà à l’époque, beaucoup travailler avec les enfants. À la kermesse de fin d’année, j’ai ressenti l’enthousiasme des enfants et le plaisir des enseignants et des parents. J’ai laissé tomber mon travail dans un garage où je ne me sentais pas à ma place et j’ai fait des petits boulots à côté. C’est avec ma femme Flora, que j’ai rencontrée aux High Rock Gospel Singers, que j’ai créé les Gospel Kids en 2004. Que représente le gospel pour vous ? Au moment où j’ai découvert le gospel, j’ai senti que cela m’apporterait tout ce que j’avais espéré. À travers lui, on chante l’amour, la tolérance, le respect, le partage. J’étais un ado un peu perdu qui se posait des questions sur le sens de la vie et le bonheur. J’ai toujours aimé les chansons à message. Quand j’étais jeune, mes copains baignaient dans le rap et moi je me cachais pour écouter la comédie musicale NotreDame de Paris. Les professeurs ne croyaient pas en moi, on m’a mis dans une section d’enseignement adapté où on est en bleu de travail dans la cour et on n’est pas mélangé avec le reste des élèves. J’ai passé un CAP de mécanicien poids lourds, puis j’ai laissé tomber le BEP en cours. À partir du moment où j’ai commencé à chanter du gospel, des gens ont cru en moi. Quelles valeurs voulez-vous transmettre ? Beaucoup de jeunes ne se rendent pas compte de leur potentiel, dans tous les domaines de la vie. Il n’y a pas d’audition pour intégrer la chorale car je vois la marge de progrès dans les imperfections et je veux que les enfants prennent du plaisir, pas qu’ils soient rabaissés, comme j’ai pu l’être. Je donne beaucoup d’encouragement et veille particulièrement aux plus motivés et qui veulent progresser. Certains sont bluffants ! Que vous apporte votre foi dans ce travail ? J’ai un lien très fort avec l’Église et la prière est importante pour moi. Avec mes parents et mes cinq frères et sœurs, dont je suis l’aîné, nous allions tous les dimanches au culte et j’ai réussi à partager cela avec ma femme et à le transmettre à mes enfants. En 2001, j’ai effectué un voyage avec les High Rock Gospel Singers au Cameroun qui m’a donné une foi incroyable. J’y ai vu des gens qui ne vivaient que par leur foi. C’est là-bas que des personnes m’ont dit que j’avais un don et que le Seigneur m’appelait. J’ai toujours gardé cette voix en moi qui me disait que j’allais réussir quelque chose. Je suis aujourd’hui quelqu’un qui doute peu et qui n’a pas peur. Je pense que Dieu fait bien les choses et qu’on peut renverser les situations lorsque viennent les difficultés, en s’appuyant sur les gens qui vous aident.

Il a du gospel dans la voix et il y croit

Rencontre avec Alfonso Nsangu, le chef de la chorale d’enfants, Les Gospel Kids qui a la foi en ses élèves et en Dieu.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager
Rédemption pastorale

Rédemption pastorale

« Sur le chemin de la rédemption » ou First Reformed dans son titre original, le nouveau film de Paul Schrader ne sort en France qu'en format DVD sans passer par les salles de cinéma. Et c'est bien dommage...

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

LibreSens

LibreSens est le Club de lecture des amis du CPED (Centre protestant d’étude et de documentation). Le blog LibreSens publie des comptes rendus de lecture écrits non par des critiques littéraires ou des journalistes, mais par des lecteurs avertis (pasteurs, laïcs engagés, théologiens, historiens, philosophes, biblistes…), ce qui constitue son originalité.

Derniers contenus du partenaire