états-unis

La logique diabolique du mensonge

La singularité du trumpisme est qu’il a érigé le mensonge en élément de communication. L'analyse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 11 janvier 2021

Auteur : Antoine Nouis

Dans l’évangile de Jean, Jésus déclare à propos du diable : « Lui, il était homicide dès le commencement ; il ne se tenait pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il dit le mensonge, il parle de ce qui lui est propre, car il est à la fois le menteur et son père. » Le diabolique est défini par le mensonge.

Lorsque parle de diable, elle ne parle pas d’un petit bonhomme cornu avec un trident à la main, elle parle d’une puissance maléfique. Elle nous apprend que le mal n’est pas neutre, il exerce une autorité qui séduit les humains et qui a tendance à les enfermer dans ses filets.

La singularité du trumpisme est qu’il a érigé le mensonge en élément de communication. Le mensonge assumé, revendiqué à travers le concept de post-vérité veut que la validation par les faits ne soit pas importante. La qualité première d’un argument n’est pas son exactitude, mais l’effet qu’il provoque chez ses auditeurs.

À quoi avons-nous assisté jeudi soir ? Des hommes ont cherché à occuper le capitole au nom de la défense de la démocratie, ce qui ne peut se justifier que par une perversion du raisonnement.

La particularité du mensonge est qu’il conduit au totalitarisme. Dans son discours de réception du prix Nobel, Alexandre Soljenitsyne qui s’y connaissait en matière de totalitarisme disait que le mensonge et la dictature allaient de pair, car si la vérité n’était plus un socle commun, alors tout est permis. Cela nous conduit à affirmer que la notion de post-vérité est d’essence totalitaire.

Comprenons-nous bien, le trumpisme et ces avatars en Europe ne sont pas une option politique comme une autre, ils correspondent à un changement de logiciel politique qui nous fait quitter la sphère de la démocratie républicaine. On peut penser que notre démocratie est fatiguée et qu’il faut changer de régime, mais il convient de voir ce qu’on propose comme alternative. Ce qu’on a vu du discours et du comportement de ceux qui ont envahi le Capitole jeudi ne fait pas rêver.

Vous pourriez aimer aussi

Les mystères de l’adhésion aux fables de Donald Trump

"Le discours de Donald Trump - mélange de paranoïa et de perversion - est profondément régressif. C’est pourtant cela qui séduit autant de monde et me rend perplexe". Point de vue du sociologue Frédéric de Coninck.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

Attaquer le Capitole pour défendre la volonté de Dieu

Lors de la tentative d’insurrection au Capitole le 6 janvier, de nombreuses pancartes aux références chrétiennes ont été brandies par les manifestants pro-Trump.

Un contenu proposé par Réformés

Les leaders évangéliques condamnent les violences au Capitole

Le Congrès valide la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine. Cette certification avait été interrompue par l’intrusion de partisans de Donald Trump au sein du Capitole.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants