Etats-Unis

Le président Trump, la Bible et le serpent d’airain

L'attitude du président Trump photographié devant une Église une Bible à la main a attiré les critiques de la majorité des responsables religieux. L'analyse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 12 juin 2020

Auteur : Antoine Nouis

Quand le président Trump s’est fait photographier devant une Église une Bible à la main pendant les manifestations contre le racisme de la police, son attitude a attiré les critiques de la majorité des responsables religieux. Plutôt que de s’en servir comme un talisman, le président aurait mieux fait d’ouvrir le Livre : il aurait entendu que le Dieu de la Bible est en colère contre les injustices[1], qu’il nous appelle à aimer les immigrés[2] et à cultiver l’humilité.[3] Il aurait même pu entendre le Seigneur lui dire : « On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien ; et ce que l’Éternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu[4]. »

Sur l’utilisation des talismans, nous pouvons relire les passages qui parlent du serpent d’airain. L’histoire est la suivante : Lorsque dans le désert, le peuple a une fois de plus protesté contre Moïse et contre Dieu en cultivant la nostalgie de l’Égypte, le Seigneur a envoyé des serpents brûlants. Moïse a intercédé en faveur du peuple et le Seigneur lui a dit de faire un serpent d’airain et de le placer sur une perche : « Si quelqu’un était mordu par un serpent et regardait le serpent de bronze, il restait en vie[5]. » Les commentaires ont interprété ce verset en disant que celui qui levait les yeux vers le haut était sauvé. L’évangile de Jean a fait de ce serpent une image du Christ[6].

Après l’exode, le serpent d’airain a été conservé en Israël en mémoire de cet épisode. Le problème est que quelques siècles plus tard, il est devenu l’objet d’une adoration idolâtre, si bien que le Seigneur a demandé au roi Ézéchias de le mettre en pièces[7].

Ce récit nous rappelle que la meilleure des choses – y compris la Bible – peut être pervertie pour devenir une idole.

Mais je ne veux pas critiquer le président Trump – c’est trop facile – sans m’interroger sur mes propres talismans : mon protestantisme, mon Église, ma croix huguenote, ma théologie… Est-ce qu’il ne m’est jamais arrivé de les brandir comme des éléments de fierté plutôt que de vivre à la hauteur de ce qu’ils exigent ?

[1] Es 13.11.

[2] Lv 19.34.

[3] Rm 12.3.

[4] Mi 6.8.

[5] Nb 21.9.

[6] Jn 3.14-15.

[7] 2 R 18.4.

Vous pourriez aimer aussi

Les Églises américaines se mobilisent contre le racisme

Pour soutenir le mouvement « Black Lives Matter », 26 communautés religieuses ont organisé une veillée à Pasadena, en Californie.

Un contenu proposé par Réformés

Donald Trump et sa Bible : les raisons d’un coup médiatique

Alors que les manifestations continuent d’embraser les États-Unis, le président américain a posé, une bible à la main, devant une église proche de la Maison Blanche.

Un contenu proposé par

Des chrétiens manifestent pour dénoncer la mort de George Floyd

De nombreux chrétiens ont manifesté pacifiquement leur indignation le week-end dernier dans tous les États-Unis.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Mort de George Floyd : des leaders chrétiens réagissent

La mort de George Floyd bouleverse l’Amérique et la communauté internationale. Dans ce contexte, plusieurs leaders chrétiens ont pris la parole.

Un contenu proposé par Info Chrétienne

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram