La noblesse d’un métier mal considéré
Enseignants

La noblesse d’un métier mal considéré

La dépréciation du métier d'enseignant est un signal assez inquiétant sur l'état de notre société. La réaction du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 22 octobre 2020

Auteur : Antoine Nouis

L’hommage à Samuel Paty a mis en valeur un métier qui est de moins en moins bien considéré. Dans l’éditorial du Réforme de cette semaine, j’écrivais que les enseignants étaient les soutiers de la société. Dans un bateau, le soutier est celui qui est dans la cale et qui met du charbon dans la chaudière pour que le navire avance. Il fait un travail peu considéré, mais sans lui, le bateau ferait du surplace.

Quand j’étais étudiant en théologie, on racontait que dans certaines bonnes familles protestantes, lorsqu’un enfant voulait devenir pasteur, on lui disait : « Tu ferais mieux de faire médecine, tu gagneras plus. » Aujourd’hui, la même famille dirait à un enfant qui veut être professeur : « Tu ferais mieux d’être informaticien ou de travailler dans la finance, tu feras un métier moins difficile et tu gagneras beaucoup plus. »

Deux citations rappellent la noblesse du métier. La première est de Charles Péguy : « Je connais, je pourrais citer moi tout seul, moi tout petit, cent-cinquante professeurs de l’enseignement secondaire qui font tout, qui risquent tout, qui bravent tout, même et surtout l’ennui, le plus grand risque, la petite fin de carrière, pour maintenir, pour sauver tout ce qui peut encore être sauvé. » Cette parole a été écrite il y a plus d’un siècle, elle aurait sa place sur la première page du journal de ce matin.

La seconde est de Luc Ferry qui a été ministre de l’Éducation nationale : « le meilleur instituteur de France, dont les effets bénéfiques pour les enfants sont d’une valeur inappréciable… ne gagnera jamais que son modeste salaire d’instit ! Il n’empêche que nous lui devons parfois plus, infiniment plus, qu’à nos surhommes du CAC 40. »

Parmi tous les signaux inquiétants de l’évolution de la société, la dépréciation du métier d’enseignant n’est pas le moins inquiétant.

Vous pourriez aimer aussi

Antoine Nouis

Les enseignants, soutiers de la société

Dans son dernier ouvrage "Pandémie 2020. Éthique, société, politique" Emmanuel Hirsch définit l’éthique comme l’intelligence de l’argumentation. La violence, l’assassinat d’un enseignant, se situent au degré zéro de l’argumentation. On ne discute pas des idées, on tape.

Un contenu proposé par
Réaction de la Fédération protestante suite à l'assassinat de Samuel Paty

Assassinat de Samuel Paty : la liberté d’expression attaquée

L'indignation de la Fédération protestante de France suite à l’attentat perpétré contre le professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine.

Un contenu proposé par Fil Actu – FPF

Attentat terroriste : la logique du pire

Le nouvel attentat, perpétré le 16 octobre contre un enseignant, a provoqué un émoi considérable. L'analyse de Frédéric Rognon, professeur de philosophie des religions.

Un contenu proposé par

Vague d’indignation et de soutien après l’attaque terroriste

Dimanche 18 octobre, la France s’est rassemblée par milliers pour rendre hommage au professeur d’histoire Samuel Paty sauvagement assassiné vendredi 16 octobre, à Conflans-Sainte-Honorine.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram