Le pape et les armes nucléaires

Le pape et les armes nucléaires

Le pape François a interpellé les dirigeants de la planète pour leur dire que le temps était venu de renoncer à la dissuasion nucléaire. Et la France dans tout ça ? L'analyse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 26 novembre 2019

Auteur : Antoine Nouis

Comme souvent, le pape François a eu une parole juste en interpellant les dirigeants de la planète pour leur dire que le temps était venu de renoncer à la dissuasion nucléaire : « Un monde sans armes nucléaires est possible et nécessaire ».

Rappelons les données du dossier pour notre pays. La France possède environ 300 têtes nucléaires dont la puissance est 10 à 20 fois supérieure à celle de la bombe d’Hiroshima. Chacune de ces têtes est capable de raser une ville comme Paris, ce qui est une perspective effroyable.

Comme aucun argument éthique raisonnable ne justifie l’utilisation d’une telle arme, la seule justification est la dissuasion. C’est elle qui a conduit notre pays à se doter de l’arme nucléaire au temps de la guerre froide. Depuis, le monde a changé, mais la doctrine n’a pas évolué et les armes sont restées. Si aujourd’hui, notre pays n’était pas doté de l’arme nucléaire, serait-il plus en danger ? Considérerait-il comme une urgence absolue de devenir une puissance nucléaire ? Qu’en pensent les Polonais les Allemands, les Espagnols et les Australiens qui sont dans cette situation ?

Ces questions méritent d’être posées, pourtant elles ne le sont pas. Je ne me souviens pas que le sujet ait été évoqué par un seul des candidats aux dernières élections présidentielles. La Fédération protestante qui s’était souvent exprimée sur le sujet dans les années 70 est totalement silencieuse sur cette question depuis des décennies.

Les traités internationaux de non-prolifération reposent sur un constat parfaitement hypocrite. Les nations nucléaires peuvent le rester, mais celles qui ne le sont pas n’ont pas le droit de le devenir. Autrement dit, notre pays qui est reconnu comme une puissance nucléaire est d’une parfaite arrogance en disant : « faites ce que je dis, pas ce que je fais. » Qui peut se reconnaître dans cette attitude ?

Parce que nous nous sommes habitués à une situation profondément injuste, le pape est dans son rôle quand il soulève des questions que tout le monde préfère oublier. Tous les gens raisonnables sont d’accord pour dire que l’urgence est d’aller vers un désarmement, mais qui donnera l’exemple ? J’aimerais que le débat soit posé dans notre pays… mais je ne me fais guère d’illusions.

Sur le même thème

Par quoi va-t-on remplacer le nucléaire ?

Par quoi va-t-on remplacer le nucléaire ?

Dans l'émission Éclairages, un regard pluriel... et de bonne foi sur le nucléaire. Est-ce une énergie du passé comme l'affirme Nicolas Hulot ?

Un contenu proposé par Radio Arc-en-Ciel
Industrie de l’armement : où est la parole des Églises ?

Industrie de l’armement : où est la parole des Églises ?

La réflexion des Églises sur l’industrie de l’armement est-elle inexistante ?, interroge l’historien Sébastien Fath.

Un contenu proposé par
L’arme nucléaire n’est pas une protection mais une menace

L’arme nucléaire n’est pas une protection mais une menace

Dans ce nouvel ouvrage, Jean-Marie Muller – un des grands noms de la non-violence en France – établit un véritable réquisitoire contre l’armement nucléaire. Mais un réquisitoire extrêmement documenté et argumenté.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram Les dossiers thématiques de Regards protestants