Le tirage au sort au service de l'écologie
Environnement

Le tirage au sort au service de l’écologie

La Convention citoyenne pour la transition écologique a pour singularité de n'être pas composée d’experts, mais de citoyens désignés par tirage au sort.

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 29 juin 2020

Auteur : Antoine Nouis

La Convention citoyenne pour la transition écologique a remis son rapport sur la lutte contre le réchauffement climatique. La singularité de cette convention est qu’elle n’est pas composée d’experts, mais de citoyens qui ont été désignés par tirage au sort. Ce mode de désignation fait le pari qu’une assemblée de citoyens peut avoir la sagesse de prendre les bonnes décisions.

Quand la convention a été nommée, j’ai trouvé ce moyen original sans avoir une opinion bien tranchée sur cette procédure. Ma réflexion a été enrichie par mes lectures bibliques.

Je travaille actuellement sur un commentaire du Premier Testament, et en relisant le livre des Nombres, j’ai médité le verset qui dit à propos de la terre promise : « Le partage du pays se fera par le sort ; ils recevront leur patrimoine selon les noms de leurs tribus » (Nb 26.55). Les commentaires ont dit que ce moyen de désignation pouvait avoir un côté archaïque avec le côté magique du hasard, mais que son intérêt est qu’aucune tribu ne peut dire qu’elle a été désavantagée puisque le seul responsable est le hasard, ou le Seigneur qui se cache derrière.

Cela m’a conduit à réfléchir à ce mode de désignation pour la convention, et je lui trouve trois vertus.

La désignation par le sort permet à chaque membre de prendre conscience de sa responsabilité. Comme il n’a rien à défendre, il peut réfléchir en toute liberté. Cette indépendance radicale est le gage d’une réflexion non partisane, au service du bien commun.

Elle permet de sortir les questions relatives à notre avenir climatique des oppositions politiques. La logique des partis veut que lorsqu’une proposition vient de la majorité elle soit critiquée par l’opposition et réciproquement. Les propositions de la convention échappent à cette polarisation partisane.

La question climatique nécessite des arbitrages délicats pour trouver le juste équilibre entre le souhaitable et le possible. Cela relève plus de la sagesse et du bon sens commun que du savoir des experts. Ces derniers transmettent leur expertise, mais leur concrétisation dans nos modes de vie relève de l’intelligence collective des citoyens.

Toutes ces raisons me conduisent à accorder une vraie autorité aux propositions contenues dans le rapport de la convention.

Vous pourriez aimer aussi

Vignes en pleine campagne avec des champs verts en arrière plan et une maison ardéchoise

L’écologie à la hauteur d’un village

L'envers du décor invite Guy Crespy, maire de Sanilhac-Sagriès dans le Gard pour parler transition écologique dans son village.

Un contenu proposé par Radio Grille Ouverte
Quelles solutions pour la planète ?

Quelles solutions pour la planète ?

Quelle place pour l’humain au sein de la création ? Est-il un animal comme un autre, voire un vivant comme un autre, ou a-t-il une place spécifique en surplomb qui lui donnerait des droits sur la nature ?

Un contenu proposé par Proteste

Comment accompagner les entreprises dans l’écologie ?

En quoi consiste le travail de consultante en développement durable pour les entreprises au sein d'une ONG ? Réponse avec Marine d'Allancé.

Un contenu proposé par Radio Arc-en-Ciel
Habiter autrement al création

Habiter autrement la création

L’épuisement des ressources et le changement climatique interrogent notre manière d’habiter la terre. Faut-il revoir notre relation à la terre ?

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram