Peur du déconfinement : veux-tu guérir ?
Covid-19

La peur du déconfinement, une nouvelle étape

On préfère parfois la sécurité d’une situation difficile, mais prévisible au risque de sortir. Il faut, en effet, du courage pour retourner dans la vraie vie. L'analyse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d'Antoine Nouis

Publié le 28 avril 2020

Auteur : Antoine Nouis

Je n’ai pas besoin d’attendre les réactions des politiques au discours du Premier ministre, elles sont écrites avant qu’il ne parle. Les leaders de la majorité vont le trouver responsable et courageux et les figures de l’opposition vont le trouver ambigu et embarrassé. C’est le jeu politicien de notre pays… pathétique. Pas besoin d’être prophète pour prédire une polémique sur les masques… le gouvernement a peut-être été imprévoyant, mais qui peut penser qu’il n’a pas fait ce qu’il a pu ? Ceux qui disent qu’ils auraient mieux fait n’en savent rien.

J’attends le responsable politique qui osera dire : « Je ne sais pas… je vais essayer telle politique… j’espère qu’elle portera des fruits. » Le théologien Éric Fuchs rappelait que le but du politique n’est pas d’apporter le bien – l’histoire a montré que chaque fois qu’on a voulu imposer le bien, ça s’est terminé en mal – mais de mettre des barrières à la puissance du mal et d’apporter plus de justice.

Pour en venir au déconfinement, un phénomène inattendu est la peur de cette nouvelle étape. Certains n’aspirent qu’à une chose, c’est de pouvoir sortir pour aller boire une bière – ou un sirop d’orgeat – avec des amis, alors que d’autres sont terrorisés face au risque de croiser le virus. Cette peur me fait penser à deux récits bibliques.

Le premier est la nostalgie de l’Égypte chez la génération de l’Exode, quitte à idéaliser le passé : « Qui nous donnera de la viande, alors qu’en Égypte, on pouvait manger pour rien des poissons, des concombres, des melons des poireaux, des oignons et de l’ail[1]. » L’Égypte était une terre d’esclavage, mais c’était aussi un lieu sécurisé. Le Seigneur a appelé son peuple à sortir du confinement égyptien, à prendre le risque de la liberté, en sachant que la liberté à un coût.

Lorsque Jésus a croisé un homme malade depuis trente-huit ans, il lui a demandé : « Veux-tu être guéri ?[2] » La question paraît saugrenue, tant il semble naturel de vouloir guérir, mais la question est vraie, car nous savons que certains sont tellement enracinés dans leur maladie qu’elle fait partie de leur identité et qu’elle leur procure des avantages secondaires. On préfère la sécurité d’une situation difficile, mais prévisible au risque de sortir. Jésus a appelé le paralysé à ne pas rester enfermé dans le confinement de sa maladie : « Lève-toi, prends ton lit et marche ! »

Il faut parfois du courage pour retourner dans la vraie vie.

[1] Nb 11.4-6.

[2] Jn 5.6.

Vous pourriez aimer aussi

Déconfinement : faisons-nous confiance !

Ecoles, transports, open space... Difficile de se projeter après le 11 mai. Comment faire pour canaliser les nouvelles sources d'inquiétude qui peuvent surgir ?

Un contenu proposé par Inspirations
À quoi ça sert de prier face au covid-19 ? (4)

À quoi ça sert de prier face au Covid-19 ? (4)

Dans cette série d'articles, le théologien Antoine Nouis explore les raisons pour lesquelles il n’est pas vain de prier. Quatrième partie : prier pour être exaucé.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis
Plus jamais comme avant

Plus jamais comme avant

Alors que se profile un déconfinement progressif, nombre d’incertitudes demeurent. Mais ce qui est certain, c'est que cette période inédite marque une rupture majeure. L'éditorial de la rédaction.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui
Coronavirus : quand le déconfinement fait peur

Coronavirus : quand le déconfinement fait peur

Les incertitudes qui pèsent sur la façon dont va se dérouler le déconfinement génèrent de nombreuses craintes chez les Français.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le blog d’Antoine Nouis

Un regard sur l’actualité religieuse et sociétale : vie des églises, politique, éthique… A travers ce blog, le pasteur et théologien Antoine Nouis s’intéresse au fait religieux sous toutes ses formes.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram