Le multiculturalisme de l’Église protestante unie de Besançon

Deux temples pour l’Église protestante unie de Besançon. L’un au bord du Doubs, dans la Tour historique du Saint-Esprit. L’autre situé à Gray, à 45 km de Besançon, dans une petite chapelle construite en 1968 par de jeunes protestants allemands.

Un contenu proposé par Regards sur les Paroisses

Publié le 13 janvier 2017

Auteur : Marie Piat

 « Un temple situé 5, rue Goudimel, cela ne s’invente pas », se plaît à raconter Emmanuelle Seyboldt, l’un des deux pasteurs, avec Pierre-Emmanuel Panis, de l’Église protestante unie de Besançon. Claude Goudimel, un compositeur enfant de la Réforme, né probablement à Besançon vers 1514-1520 où il fut maître de chapelle, et célèbre pour son Psautier Huguenot. Quelques psaumes et batailles religieuses plus tard, c’est en 1848  que l’Église protestante unie de Besançon s’installe dans la Tour du Saint-Esprit, dont les fondations remontent à 1200. Une église constituée tout d’abord par une communauté suisse, puis renforcée par des Alsaciens fuyant l’Alsace après la guerre de 1870. Sans doute les prémices d’un multiculturalisme qui caractérise tout particulièrement la paroisse aujourd’hui (1). « Notre communauté composée d’environ 700 familles est devenue multiple. C’est pourquoi nous organisons depuis trois ans en mai un grand culte multiculturel. Dénommé le culte du monde entier  pour que chacun s’exprime dans sa langue natale », explique Emmanuelle Seyboldt. Un culte qui nécessite beaucoup de préparation, avec les textes bibliques lus dans chacune des langues, le texte traduit apparaissant sur l’écran. Y compris les chants rédigés en phonétique afin que chacun puisse chanter. En mai 2016, ce sont quelque vingt nationalités différentes qui se sont ainsi exprimées, issues d’Afrique, d’Asie et d’Europe. « Un culte beau, émouvant, très apprécié, qui fait vivre et ressentir l’église universelle», se réjouit notre pasteur.

La paroisse compte, en outre, de plus en plus de nouveaux membres qui n’étaient pas, à l’origine, protestants mais qui ont souhaité se rapprocher du protestantisme. « La tendance reste récente, précise Emmanuelle Seyboldt, mais se confirme bel et bien. Ces nouvelles familles représentent désormais environ 20% des pratiquants, parmi ceux qui viennent régulièrement au culte le dimanche. » Autant de personnes qui peuvent puiser parmi les nombreuses activités de la paroisse. Pour les jeunes tout d’abord. Le catéchisme se déroule le dimanche toute la journée, une fois par mois en raison des distances (les paroissiens habitent dans un rayon de 50 km autour de Besançon). L’éveil à la foi et l’école biblique ont lieu deux fois par mois durant le culte. Les lycéens, environ une quinzaine, se réunissent quant à eux un samedi soir chaque mois tout en pouvant participer à Pâques à un voyage d’une semaine à Taizé. En perspective, la création d’un groupe pour les étudiants.

Culte au temple de BsançonKT pour adultes

Ce sont aussi deux groupes de maison, plutôt axés sur les personnes âgées, qui se réunissent une fois par mois. L’un sur le plateau d’Ornans, l’autre à Besançon. Au programme également, des études bibliques œcuméniques avec les communautés catholique et baptiste tant à Besançon qu’à Gray sous la direction d’un pasteur et d’un prêtre. Et, dans le cadre de l’amitié judéo-chrétienne, la paroisse participe une fois par an au « Concert des Psaumes », autour d’un thème : la création en 2016, et le service en mars prochain. Des psaumes choisis ensemble par les chefs de chœur des différentes confessions, juive, catholique, protestante et orthodoxe.

Enfin, l’équipe pastorale lance, pour la première fois cette année, un parcours de catéchisme pour adultes suivant la méthode Alpha. Soit huit séances entre mars et mai prochains avec exposé, questions-réponses et repas partagé. La paroisse avait déjà organisé avec succès, en 2014, un parcours Alpha Couples qui avait débouché … sur un mariage et un baptême d’adulte ! 2017 sera aussi l’occasion d’organiser un voyage sur les traces de Luther en Allemagne. Une année riche en événements qui pourrait marquer un tournant dans la vie pastorale d’Emmanuelle Seyboldt pressentie pour devenir Présidente du Conseil National de L’Église protestante unie de France, en remplacement de Laurent Schlumberger. Après un parcours multiple, d’une mission à l’autre dans différentes régions de France, cette mère de famille nombreuse se mettra en chemin pour répondre à ce nouvel appel.

(1) Eglise Protestante Unie de Besançon : 5, rue Goudimel- 25000 Besançon. 03 81 81 37 75.
Temple de Gray : 28 ter avenue des Capucins, 70100 Gray (même téléphone)
https://www.eglise-protestante-unie.fr/besancon-et-environs-pA0711

 

Vous pourriez aimer aussi

Eglise Protestante Unie d’Aix-en-Provence : Un dynamisme de bon aloi

Eglise protestante unie d’Aix-en-Provence : un dynamisme de bon aloi

C’est sous un soleil provençal généreux que s’épanouit l’Église protestante unie d’Aix-en-Provence. Une paroisse aux activités multiples et variées.

Un contenu proposé par Regards sur les Paroisses

Eglise protestante unie de Royan : la Saintonge réformée

La célèbre station balnéaire de Charente-Maritime, Royan, abrite une communauté protestante très ancienne regroupant cinq temples. De Royan à Saujon en passant par Médis et Saint-Georges-de-Didonne.

Un contenu proposé par Regards sur les Paroisses

Eglise luthérienne de Dettwiller : colocation avant l’heure

A Dettwiller, l’église luthérienne s’organise autour des spécificités du Simultaneum. Une caractéristique alsacienne qui remonte à plus de trois siècles.

Un contenu proposé par Regards sur les Paroisses

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Regards sur les Paroisses

Le blog Regards sur les Paroisses a pour ambition de pour vous faire découvrir les paroisses protestantes françaises : raconter leur histoire, présenter leurs activités à travers le témoignage de leurs pasteurs et membres. Les contenus du blog sont proposés dans leur intégralité sur le portail Regards protestants.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast