édito

Une vie de souffrance… normal(e) ?

Découvrez l'édito du numéro d'avril 2021 de Nuance : « Des mots sur les maux »

Un contenu proposé par Nuance

Publié le 12 avril 2021

Auteur : Timothée Calvot

Tout a commencé dans la douleur. Nous sommes venus au monde à travers la douleur et avons ouvert la bouche pour pleurer notre premier cri. Nous goûterons immanquablement à l’amertume de la souffrance avant de mourir, sans avoir pu jamais lui échapper complètement. Plus nous grandissons et prenons de la maturité, moins nous escomptons lui échapper. Plutôt, nous apprenons à choisir comment l’affronter en prenant conscience de nos limites.

La souffrance habite nos romans, nos films, nos journaux.

Elle motive nos combats, nos luttes, notre quête de sens et de sagesse. La science développe des moyens pour la faire disparaître ou du moins l’endiguer. Elle paraît presque nécessaire pour garder nos vies en tension.  La souffrance semble donc normale et pourtant, elle nous révolte constamment, nous plonge dans la colère, dans la honte, dans le déni ou le dénigrement de soi. Elle nous isole ou nous pousse à fuir. Quel paradoxe qu’une chose aussi commune soit aussi difficile à assumer ou à accueillir !

Tellement commune qu’on n’imagine pas vraiment à quoi peut ressembler la vie éternelle sans souffrance. Tellement révoltante qu’on essayera souvent de lui donner un sens, une vertu, une utilité quelconque afin d’apaiser notre conscience. À moins, peut-être, que notre incapacité à l’intégrer complètement soit le reste d’une conscience ancestrale. Nous croyons en effet qu’à l’origine nous n’avons pas été créés pour la connaître. Elle est la conséquence de la Révolte, de l’irruption du péché dans le monde. Et rien ne saura la chasser si ce n’est la recréation du monde lui-même, lors du retour de Jésus.

Impuissants face à cette réalité, il reste, le plus souvent, les mots pour la saisir, la raconter, et l’ouverture du cœur pour l’accueillir, écouter ce qu’elle a à nous dire. Cela ne la fera pas disparaître mais la rendra sans doute un peu plus supportable ! Or, est-ce bien dans l’Église que je peux trouver cet accueil bienveillant qui me permet de dire ma souffrance ?

Dans la même rubrique...

L’église luthérienne hostile à la séparation entre l’État et les Églises

L’historien Jean Baubérot mentionne en quelques lignes dans son ouvrage sur la loi de séparation des Églises et de l’État que l’Église luthérienne était hostile à cette séparation. Il raconte cet épisode peu connu…

Un contenu proposé par Regards protestants Vidéo

KT pour adulte autour du roman d’Éric-Emmanuel Schmitt

Organisée par le pasteur Lilian Seitz, cette catéchèse est proposée en visioconférence autour du roman "L’évangile selon Pilate".

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Le pasteur Erwan Cloarec succède à Christian Blanc à la tête du CNEF

Le 7 juin, le pasteur baptiste lyonnais Erwan Cloarec a officiellement succédé à Christian Blanc, président du CNEF depuis 2019. Ce dernier a souligné la qualité du travail de ses prédécesseurs pour la mission et l’unité entre les évangéliques.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Pour de nouvelles aventures !

L'édito du numéro de mai du journal Réveil dont le dossier de Une est "Chrétien·nes LGBT : un meilleur accueil ?".

Un contenu proposé par Réveil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Nuance

Le journal Nuance est le mensuel de l’Union nationale des Églises protestantes réformées évangéliques de France (UNEPREF).

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast