Dieu

Dieu

André Gounelle exprime brièvement et simplement des thèmes qu’il a approfondis dans son livre Parler de Dieu (éditions Van Dieren).

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 9 mars 2014

Auteur : Vincens Hubac

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

Ce que Dieu est en lui-même, nous l’ignorons ; nous sommes incapables d’en parler justement et complètement. Par contre, nous pouvons dire ce qu’il représente pour nous, comment il nous touche ou nous affecte. Pour ma part, quand on m’interroge, je mets l’accent sur quatre points, en soulignant que mes propos, fondés sur une expérience partielle et défectueuse de Dieu, ne prétendent pas le définir.

« Notre père qui es aux cieux »

Cette formule peut faire difficulté pour ceux qui ont des pères indignes, absents ou brutaux ; elle comporte quelque injustice envers les mères (la Bible parle d’ailleurs parfois de Dieu au féminin et sur le registre de la maternité) ; elle égare ceux qui prennent « les cieux » à la lettre. Malgré ces inconvénients (mais existe-t-il une manière parfaite de désigner Dieu ?), je l’aime bien car elle correspond à ce que j’éprouve. « Père » exprime la proximité de Dieu, sa présence dans ma vie ; je le rencontre chez moi, en moi, il m’est familier. « Aux cieux » suggère une distance et une différence ; il vient d’ailleurs tel un étranger, il me surprend toujours tel un inconnu. Dieu est à la fois autre et intime ; il fait partie de moi sans être mon semblable et sans se confondre avec moi.

Dieu d’Abraham et Dieu des philosophes

On oppose souvent le « Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob » (une personne vivante avec qui on a une relation de type « je-tu ») au « Dieu des philosophes et des savants » (un « élan vital » ou une réalité « océanique », quelque chose d’impersonnel et d’abstrait). Cette opposition ne me convainc pas. Dieu n’est pas seulement une personne. Il est aussi autre chose et bien davantage, non pas infra mais supra personnel. « Il y a une sorte de profanation, écrit Emerson (pasteur et philosophe américain, 1803-1882), à dire que Dieu est personnel. Il n’est plus alors qu’un grand homme, c’est trop peu ». De même, Charles Wagner affirme : « Dieu est infiniment plus qu’une personne. » Dans la rencontre de personne à personne avec Dieu, nous percevons un aspect ou une face de son être, mais pas l’ensemble ou la totalité. Aussi, loin d’exclure le Dieu des philosophes, le croyant en a besoin pour comprendre un peu mieux (ou un peu moins mal) Celui à qui dans la foi il s’adresse en lui disant «tu». […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

Croire ou ne pas croire, quelle différence ?

Croire ou ne pas croire, quelle différence ?

Ainsi donc, Jésus est parti. Il y a ceux qui croient qu’il est vraiment venu, mort et ressuscité. Et puis ceux qui n'y croient pas...

Un contenu proposé par Croire et vivre
Les vocations de l'apôtre Paul

Les vocations de l’apôtre Paul

Quand et comment Dieu nous appelle-t-il ? Il y a beaucoup à dire, sur ce sujet.

Un contenu proposé par
Les vendeurs chassés du temple

Les vendeurs chassés du temple

Nous arrivons à un sommet de l’année liturgique : la semaine sainte et la célébration de la résurrection de Jésus-Christ. Quel est le sens de l’épisode des vendeurs chassés du temple pour nous, aujourd’hui ?

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants