Le Fonds national suisse de recherche scientifique fait dialoguer biblistes et archéologues

Le Fonds national suisse de recherche scientifique fait dialoguer biblistes et archéologues

Un projet de collaboration entre chercheurs en sciences bibliques de Lausanne et Zurich et archéologues de Tel-Aviv obtient un financement « Sinergia » d’un million et demi de francs sur trois ans pour mener des recherches mêlant les deux spécialités.

Un contenu proposé par Protestinfo

Publié le 29 octobre 2015

Auteur : Joël Burri

Lire directement l’article sur Protestinfo

Les spécialistes en sciences bibliques utilisent, pour dater les divers textes de l’Ancien Testament, toutes sortes de théories basées sur des références internes : comparaisons linguistiques et visions théologiques véhiculées par les différents textes. Dès janvier 2016, une collaboration entre universités de Lausanne, Zurich et Tel-Aviv questionnera ces hypothèses sur la base des éléments factuels en main des archéologues.

Thomas Römer, professeur d’Ancien Testament à Lausanne, sera l’un des trois directeurs de cette recherche qui vient d’obtenir un financement de trois ans du projet Sinergia du Fonds national suisse de la recherche scientifique, qui vise à encourager les collaborations interdisciplinaires. Il explique : « le bibliste néglige souvent des questions tout à fait matérielles, comme les lieux. Par exemple, est-il logique qu’un texte biblique dont on date la rédaction au IVe siècle av. J.-C., nomme tel ou tel lieu qui a disparu au VIIe siècle av. J.-C. Cela pose des questions tout à fait concrètes que les biblistes posent très peu. »

Et de conclure «pour moi cela devient de plus en plus une évidence! On en peut plus de travailler la Bible avec des approches uniquement littéraires. Les biblistes doivent avoir à leur arc quelques cordes différentes. Ils ne doivent pas être archéologues, mais ils doivent savoir ce qui se passe au niveau de l’archéologie, qu’ils en connaissent un peu les méthodes, les problèmes et les différentes théories. Et vice-versa, un bon archéologue aujourd’hui, et je crois que les gens de Tel-Aviv l’on bien compris, c’est aussi quelqu’un qui connaît le travail des biblistes. » […]

Lire la suite sur Protestinfo

Dans la même rubrique...

Jésus annonce sa passion

Reconnaître Jésus comme le Messie, c'est aussi accepter la nécessité de sa mort sur la croix et de sa résurrection.

Un contenu proposé par Campus protestant

Appeler Dieu « Seigneur » est-il passé de mode ?

Pour garder sa fraîcheur, l’Église a besoin de ressources linguistiques, dans le but de rester pertinente et contemporaine. De quoi bouleverser notre langage !

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Ces biens que Dieu nous confie

Si la terre appartient au Seigneur avec tout ce qu’elle contient et que l’humanité n’en est que gestionnaire, comment gérer les biens d’une manière qui l’honore ?

Un contenu proposé par

On n’achète pas le salut

Selon la logique habituelle, la rétribution est proportionnelle à l'effort fourni. Mais Jésus veut montrer que Dieu donne le salut dès lors qu'on le lui demande.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinfo

Agence de presse protestante établie en Suisse romande, Protestinfo est animé par des journalistes spécialisés dans le fait religieux, en lien avec l’actualité.

Depuis septembre 2018, les contenus produits par Protestinfo sont à retrouver sur le site Réformés.ch.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram