«Les apocryphes ne sont pas que des historiettes. Ils peuvent être porteurs de théologies très profondes »

« Les apocryphes peuvent être porteurs de théologies très profondes »

Enrico Norelli, professeur d’histoire du christianisme à l’Université de Genève va prendre sa retraite. Les 17 et 18 mai, un colloque sur les réécritures bibliques dans le christianisme primitif est organisé en son honneur. Interview.

Un contenu proposé par Protestinfo

Publié le 16 mai 2017

Auteur : Joël Burri

Lire directement l’article sur Protestinfo

Quel est votre matériau de travail comme spécialiste de l’histoire et de la littérature des premiers chrétiens ?

Dans les sources qui permettent de reconstituer l’histoire, il y a, toutes les formes d’expression des premiers groupes de chrétiens. La représentation traditionnelle est qu’il y a d’abord le Nouveau Testament, c’est-à-dire ce groupe d’écrits qui ont été réunis dans ce recueil devenu canonique pour les chrétiens ; et que viennent ensuite d’autres textes, les écrits « patristiques ». Aujourd’hui, la plupart des chercheurs reconnaissent qu’il ne faut pas se limiter aux textes reconnus comme canoniques, voire les privilégier, mais qu’il faut travailler tous les premiers écrits chrétiens pour reconstituer l’histoire des premiers croyants en Jésus. Il y avait aussi d’autres évangiles, lettres, actes d’apôtres et apocalypses qui ont fini par être écartés du corpus canonique. En partie, cette littérature a disparu, mais ce qui nous est parvenu est extrêmement important pour comprendre la diversité et la richesse du premier christianisme.

Aujourd’hui, découvre-t-on encore des textes inconnus de cette époque ?

Oui, cela arrive. Dans l’antiquité, c’était assez facile de faire disparaître un texte. Ils étaient copiés à la main, il suffisait de détruire les exemplaires et d’en interdire la copie. Ainsi il y a des textes dont on connaît les titres, mais pas le contenu, car ils sont cités par d’autres auteurs. Malgré tout, on retrouve des fragments, voire des œuvres complètes. Par exemple, en Égypte, on retrouve des papyrus qui se conservent sous le sable. Toutes sortes d’écrits: lettres privées, documents, textes littéraires, par des non-chrétiens et des chrétiens. Mais aussi des textes théologiques chrétiens. D’autre part, dans des régions plus marginales par rapport aux centres « orthodoxes », on retrouve des textes nouveaux. Cela peut arriver dans les monastères du mont Athos, en Grèce, ou alors en Ethiopie, en Arménie… […]

Lire la suite sur Protestinfo

Dans la même rubrique...

Appeler Dieu « Seigneur » est-il passé de mode ?

Pour garder sa fraîcheur, l’Église a besoin de ressources linguistiques, dans le but de rester pertinente et contemporaine. De quoi bouleverser notre langage !

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Multiplication des pains : ce qu’il faut retenir du miracle

Au travers d'un repas, l'Évangile nous rejoint dans ce qu'il y a de plus humain dans nos existences.

Un contenu proposé par Campus protestant

Comment comprendre le commandement qui nous appelle à aimer Dieu ?

J’ai toujours aimé les paraboles, car je sais qu’il y a des choses qu’on ne peut expliquer, on peut seulement les raconter.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

La bonne terre

La parole de Debora Mistretta, pasteure de l’Église protestante d'Alsace et de Lorraine à Boofzheim. .

Un contenu proposé par Pasteurdudimanche.fr

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinfo

Agence de presse protestante établie en Suisse romande, Protestinfo est animé par des journalistes spécialisés dans le fait religieux, en lien avec l’actualité.

Depuis septembre 2018, les contenus produits par Protestinfo sont à retrouver sur le site Réformés.ch.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast