Un "Notre Père" commun ?

Un « Notre Père » commun ?

La nécessité de « garder un texte œcuménique commun » pèse lourd dans les débats sur le ralliement des protestants à la nouvelle traduction de la prière enseignée par Jésus. Ce texte pourtant, n’a en fait, jamais été commun !

Un contenu proposé par Protestinfo

Publié le 2 décembre 2017

Auteur : Joël Burri

Lire directement l’article sur Protestinfo

« Depuis 1966, les Eglises francophones en Suisse partagent une même traduction du “Notre Père”, prière qui a une place importante lors des célébrations œcuméniques. Le Conseil synodal déplorerait une situation où protestants et catholiques ne partageraient plus le même texte », peut-on lire dans le rapport de l’exécutif de l’Eglise réformée évangélique du Valais (EREV) qui a été distribué aux membres du synode (organe délibérant) en vue du débat sur l’acceptation de la nouvelle traduction française de la prière commune à tous les chrétiens. Un argument similaire était défendu par le Conseil synodal de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV), qui a elle aussi débattu de cette question.

Alors que toute l’attention se focalise sur le changement de la traduction de la sixième demande : « ne nous soumets pas à la tentation » remplacée dès l’avent en France et dès Pâques en Suisse par « ne nous laisse pas entrer en tentation », lors des deux premiers débats réformés romands sur la question, un membre du synode a mentionné, en passant, la question du « aux siècles des siècles» devenu « pour les siècles des siècles ». […]

Lire la suite sur Protestinfo

Dans la même rubrique...

« Voilà qui je suis! »

La parole de Débora Mistretta, pasteure de l’Église protestante de Benfeld Boofzheim en Alsace.

Un contenu proposé par Pasteurdudimanche.fr

Le dernier repas de Jésus avec ses disciples

Lors de son dernier repas, Jésus pose un nouveau fondement qui est le don de sa vie. Explications du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Campus protestant

Que nous apprennent la Bible et l’éthique chrétienne du soin ?

Regard de Pierre-Yves Brandt, professeur de psychologie de la religion auprès de l’Institut de sciences sociales des religons de Lausanne.

Un contenu proposé par Réformés

Frères et sœurs

« On choisit ses amis, on ne choisit pas sa famille » est une affirmation qui laisse entendre que les relations familiales peuvent être très compliquées. Vous êtes ici invités à un parcours biblique sur la question de la fraternité.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinfo

Agence de presse protestante établie en Suisse romande, Protestinfo est animé par des journalistes spécialisés dans le fait religieux, en lien avec l’actualité.

Depuis septembre 2018, les contenus produits par Protestinfo sont à retrouver sur le site Réformés.ch.

Derniers contenus du partenaire