Traces protestantes dans la poésie française

Traces protestantes dans la poésie française

Brève histoire des liens entre protestantisme et poésie de langue française, des Articles organiques à aujourd’hui (épisode 3).

Un contenu proposé par Journal d'un pasteur concordataire

Publié le 10 novembre 2019

Auteur : Philippe François

Lire directement l’article sur Journal d'un pasteur concordataire

Le piétisme au XIXe siècle

Le romantisme naissant avec les protestants helvètes Madame de Staël (1766-1817) et Benjamin Constant (1767-1830) ne s’occupe que très accessoirement de poésie, même s’il convient de citer Louis de Fontanes (1757-1821), catholique d’ascendance protestante, auteur de deux longues pièces consacrées au protestantisme : Discours sur l’édit en faveur des non-catholiques (1788) et Stances sur un village des Cévennes où se trouvait l’ancien patrimoine de ma famille, et qui porte mon nom (1805). Plus tard, le Réveil piétiste produit une importante quantité de textes rimés, notamment des cantiques, témoignant, d’Alexandre Vinet (1797-1847) à Ruben Saillens (1855-1942), d’une inspiration littéraire assez moyenne.

Napoléon Peyrat et Louisa Siefert

Grand siècle de poésie, le XIXe est pauvre du point de vue protestant à l’exception du pyrénéen Napoléon Peyrat (1809-1881) et de la lyonnaise Louisa Siefert (1845-1877). Originaire de l’Ariège, Napoléon Peyrat (1809-1881) est pasteur (études à Montauban) à Saint-Germain-en-Laye de 1847 à sa mort. On lui connaît deux passions : l’histoire et la poésie. Peyrat est l’auteur de trois recueils publiés sous le pseudonyme de Napol le pyrénéen : L’Arise (1863), La Grotte d’Azil (1874), les Pyrénées (1877). Ce spécialiste de la guerre des Cévennes consacre une longue pièce en vers glorifiant les chefs camisards : « Oh ! qui dira cette épopée ! / Les héros de la croix, les martyrs de l’épée ». Ancêtre du chanteur Renaud, la fragile Louisa Siefert est issue d’une grande famille protestante cévenole (Villaz puis de Villas); elle connut un grand succès avec le recueil Rayons perdus (1868) que le jeune Arthur Rimbaud appréciait particulièrement et dont on peut recommander Les papiers de famille, long poème qui évoque sa généalogie : « O spectres qu’aujourd’hui je touche, / Chers inconnus que j’entrevois, / La mort en vain clôt votre bouche : / Jusqu’à moi parvient votre […]

Lire la suite sur Journal d'un pasteur concordataire

Vous pourriez aimer aussi

Du régime de tolérance aux persécutions

Du régime de tolérance aux persécutions

Brève histoire des liens entre protestantisme et poésie de langue française, d’Henri IV aux Articles organiques (épisode 2).

Un contenu proposé par Journal d’un pasteur concordataire
Du psautier protestant à la poésie scientifique et apocalyptique

Du psautier protestant à la poésie scientifique et apocalyptique

Brève histoire des liens entre protestantisme et poésie de langue française, de François Ier à Henri IV (épisode 1).

Un contenu proposé par Journal d’un pasteur concordataire

#BonneLecture : « Anthologie de la poésie française »

Un ouvrage de Philippe François, paru aux Presses universitaires de Strasbourg.

Un contenu proposé par Service radio – FPF

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Bel été avec les médias protestants !