Face au djihadisme : connaissance, compréhension et culture

Face au djihadisme : connaissance, compréhension et culture

L'analyse de Gilles Kepel, professeur de Sciences Po et spécialiste de l’islamisme.

Un contenu proposé par Protestinfo

Publié le 4 février 2016

Auteur : Aline Jaccottet

Lire directement l’article sur Protestinfo

Invité par le quotidien Le Temps, Gilles Kepel a donné mercredi 27 janvier une conférence à la Maison de la Paix à Genève. Dans une salle pleine à craquer, il a livré trois pistes pour faire face au djihadisme.

Son intervention, dense, émaillée d’anecdotes et de traits d’humour, a duré une heure et demie. Parfaitement à l’aise, multipliant les bons mots et les anecdotes, Gilles Kepel a esquissé quelques réflexions face à cette question cruciale: « Comment lutter contre le djihadisme ? »

Sortir du militarisme

Dans un exposé exclusivement centré sur la France, le politologue a commencé par critiquer la réaction militariste de Paris. «Dire guerre, guerre, guerre, en sautant comme un cabri, ça ne résout pas grand-chose», a-t-il affirmé, paraphrasant ainsi une phrase de Charles de Gaulle. Certes, sur la scène extérieure, la France est en guerre. Et sur le territoire national? «Daesh nous dit que oui. Ses adhérents veulent la guerre civile sur une base territoriale confessionnalisée, pour que tous les musulmans se réunissent sous une bannière radicale». Gilles Kepel appelle à sortir de cette vision simpliste : «quand on dit guerre, on pense qu’on a tout dit, mais ce n’est pas le cas».

Le politologue spécialiste de l’islam contemporain et parfait arabisant propose, lui, trois pistes pour affronter le djihadisme sur le long terme: la connaissance, la compréhension du terreau et la prise en compte du défi culturel.

Un travail de renseignement inadéquat

La connaissance, soit « la capacité de comprendre ce qui se passe », est une qualité « quoi qu’en disent les politiques », a-t-il tranché, revenant sur les propos récents du Premier ministre Manuel Valls selon lequel « vouloir comprendre, c’est excuser ». Le savoir doit ainsi permettre de « rendre plus adéquat le travail de la police et des renseignements. Ils ont raté la manche face à la troisième génération de djihadistes », a critiqué Gilles Kepel qui ne s’est pas privé de quelques piques bien senties envers la politique de Paris tout au long de son intervention. […]

Lire la suite sur Protestinfo

Dans la même rubrique...

Avoir accès à l’eau, c’est recevoir un immense trésor !

Rencontre avec Yaovi, coordinateur de l’ADSPE (Action pour le développement social et la protection de l’environnement), un des partenaires du SEL au Togo.

Un contenu proposé par Blog du Sel

Conférence mondiale des religions pour la paix

Il est temps de redonner un dynamisme au dialogue inter-religieux et inter-spirituel, avec tous ceux qui le souhaitent quelques soient leurs convictions.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos

Les chrétiens du monde entier se préparent à se rassembler

Bien que la pandémie de COVID-19 continue de se propager dans le monde entier, les derniers préparatifs sont en cours pour l’un des plus grands évènements de prière au monde, traditionnellement célébré du 18 au 25 janvier.

Un contenu proposé par Défap

Coup d’état en Birmanie : quatre questions pour comprendre

Les manifestations s’enchaînent dans plusieurs villes pour protester contre le coup d’état qui a renversé Aung San Suu Kyi le 1er février.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinfo

Agence de presse protestante établie en Suisse romande, Protestinfo est animé par des journalistes spécialisés dans le fait religieux, en lien avec l’actualité.

Depuis septembre 2018, les contenus produits par Protestinfo sont à retrouver sur le site Réformés.ch.

Derniers contenus du partenaire