Le rabbin malgré lui

La communauté israélite de Lausanne va devoir se trouver un nouveau guide : après 21 ans à Lausanne, Lionel Elkaïm retourne vivre en Israël. Retour sur le parcours d’un chef religieux qui n’avait pas cherché à le devenir.

Un contenu proposé par Protestinfo

Publié le 27 juin 2017

Auteur : Aline Jaccottet

Lire directement l’article sur Protestinfo

Adieu Gruyère casher, week-ends de ski et tranquillité helvétique: cet automne, le rabbin Elkaïm fait son alyah, soit le « retour » en Israël pour les juifs sionistes. Un exercice dans lequel il est passé expert : c’est la troisième fois qu’il se lance et cette fois, il espère bien que ce sera un aller simple. Les raisons de son départ sont religieuses bien sûr – vivre en Israël est considéré comme un devoir pour de nombreux juifs pratiquants –, mais pas seulement.

Outre le houmous et la météo clémente, parfois torride, le rabbin et sa femme Myriam s’en vont pour des raisons familiales. « Nous ne voyons nos sept petits-enfants que quelques jours par an, ils nous manquent beaucoup. Or, on ne peut pas réussir sa vie professionnelle si l’on n’est pas heureux en privé: il faut faire des choix », dit-il avec une pointe de regret dans son français chantant. Quitter la tranquillité vaudoise ne sera « pas facile, mais on sait où on va, et nous n’avions jamais imaginé résider ailleurs qu’en Israël », affirme-t-il.

L’amour des livres… à l’endroit

Il aura pourtant passé plus de vingt ans à Lausanne, une ville qu’il n’aurait probablement pas pu situer sur une carte avant de mettre les pieds en Suisse. Né en Algérie en 1961, Lionel Elkaïm est issu d’une famille traditionaliste « où l’on pratiquait les commandements, mais sans contrainte et sans rester fixé sur une rigueur absolue ». Après avoir grandi à Nice, il passe son baccalauréat, non à Paris ou Strasbourg, mais… à Montreux. « Sa yeshiva (école d’études juives réservée aux hommes, NDLR) était très prestigieuse. Le taux de réussite au baccalauréat était de quasi 100% même si les matières profanes n’étaient enseignées qu’à 50% », raconte-t-il, un sourire dans la barbe. Bac en poche, direction Israël où à dix-huit ans, il entame des études pour pouvoir devenir professeur de sciences religieuses juives. L’établissement forme bien sûr des rabbins, mais ce n’est pas ce qui l’intéresse, même si son grand-père a exercé cette prestigieuse fonction. « Moi, ce que je voulais, c’était étudier et le meilleur moyen de continuer à apprendre, c’est d’enseigner, car dans le judaïsme, l’un ne va pas sans l’autre. Pour nous, nous former sans transmettre n’a pas de sens », explique Lionel Elkaïm. […]

Lire la suite sur Protestinfo

Dans la même rubrique...

Allemagne : le président de la République, cet inconnu

En Allemagne, le pouvoir politique réside principalement dans les mains de la chancelière ou du chancelier. Le président de la République fédérale a surtout un rôle symbolique.

Un contenu proposé par Réforme

« Rien n’est impossible avec le Seigneur »

Manny Pacquiao, boxeur et homme politique chrétien, a annoncé sa candidature à la présidence des Philippines le 19 septembre.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Séisme en Haïti : le Défap et l’ONG le SEL appellent à la solidarité

Le Défap, membre de la Fédération protestante de France, et l’ONG humanitaire protestante le SEL se mobilisent pour faire face aux conséquences du tremblement de terre.

Un contenu proposé par Réforme

Quand les églises jouent la carte Airbnb

Pour survivre à la pandémie et au manque de fidèles, certaines églises américaines ou anglaises se proposent en location.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinfo

Agence de presse protestante établie en Suisse romande, Protestinfo est animé par des journalistes spécialisés dans le fait religieux, en lien avec l’actualité.

Depuis septembre 2018, les contenus produits par Protestinfo sont à retrouver sur le site Réformés.ch.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants