« Il faut adopter des lois pour protéger les enfants issus de la PMA et de la GPA »

« Il faut adopter des lois pour protéger les enfants issus de la PMA et de la GPA »

Alors que le nombre d'enfants nés de façon médicalement assistée augmente en Suisse, ces nouvelles situations créent parfois un vide juridique. Entretien.

Un contenu proposé par Protestinfo

Publié le 29 novembre 2017

Auteur : Caroline Amberger

Lire directement l’article sur Protestinfo

Rencontre avec Isabelle Descombes, directrice de l’Association des familles monoparentales à Genève.

Avez-vous constaté des cas de procréation médicalement assistée (PMA) ou de gestation pour autrui (GPA) en Suisse ?

Oui, bien que la GPA ne soit pas autorisée en Suisse, des hommes (hétérosexuels ou homosexuels) achètent des ovules, les font inséminer puis implanter chez des femmes aux États-Unis et reviennent avec un enfant sous le bras. Je constate aussi le cas de femmes qui se font inséminer à l’heure où l’horloge biologique avance,  parce qu’elles n’ont pas trouvé d’homme pour faire un bébé. Elles vont faire une fécondation in vitro et déclarent les enfants de père inconnu. Cette clientèle fait appel à notre association recherchant des conseils juridiques spécialisés dans les droits de l’enfant.

Considérez-vous ces pratiques comme des dérives ?

Non, je ne les apparente pas à des dérives. Il y a plein d’enfants issus de couples hétérosexuels qui subissent des maltraitances. Je ne porte pas de jugement sur la PMA ou la GPA. Ce qui est dommageable, c’est de ne pas adopter de lois pour protéger les enfants. Je me sens chrétienne socialement, je porte la voix des plus faibles parce que c’est un devoir pour moi, même si je ne suis pas croyante.

En tant que directrice de l’Association des familles monoparentales à Genève, en quoi consiste votre travail ?

Nous accompagnons actuellement 500 à 600 personnes, soit plus de 200 familles, qui se retrouvent seules avec des enfants, écrasées par le prix du logement et devant supporter de plus en plus de charges. Les séparations au sein des classes moyennes engendrent de nouveaux pauvres et nous faisons […]

Lire la suite sur Protestinfo

Dans la même rubrique...

Me too…

Valérie Rodriguez, directrice de la Miss Pop de Trappes (78) s’insurge contre la persistance des clichés sexistes sur les règles et les femmes.

Un contenu proposé par Blog pop

Plus sûre de rien, ou plus sûre de tout ?

En quelques semaines, la pandémie du Covid-19 s’est répandue à une vitesse effroyable. Les chrétiens n’ont pas été épargnés, et nos croyances ont pu être ébranlées au plus profond de nous. Alors qu’en est-il de notre foi ?

Un contenu proposé par SpirituElles

Ne pas se réfugier derrière son masque

Nous pouvons toujours nous libérer en demandant notre liberté à Celui qui nous la donne. Un certain Jésus devenu Christ.

Un contenu proposé par Réveil

Trop bien ! C’est trop ?

Hyperparentalité, déséquilibre familial, mères épuisées, burn-out maternel, perte de contrôle, injonctions sociétales paradoxales ... Mais qu'est-ce qui perturbe autant les parents d'aujourd'hui ? Lara Cocheteux, psychologue nous en dit plus !

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinfo

Agence de presse protestante établie en Suisse romande, Protestinfo est animé par des journalistes spécialisés dans le fait religieux, en lien avec l’actualité.

Depuis septembre 2018, les contenus produits par Protestinfo sont à retrouver sur le site Réformés.ch.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast