Pourquoi il n’y aura pas d’équivalent à l’affaire Fillon en Suisse

Alors que la France est périodiquement secouée par les révélations de corruption, force est de constater que les voisins helvètes ne font jamais face à de tels séismes.

Un contenu proposé par Protestinfo

Publié le 16 février 2017

Auteur : Noriane Rapin

Lire directement l’article sur Protestinfo

La politique suisse n’a jamais connu de scandale d’ordre financier. Les enjeux de pouvoir y sont moindres qu’en France, et les lois n’obligent pas les élus à rendre publics leurs revenus.

«Les scandales politiques en Suisse sont liés aux services de sécurité comme l’armée ou les services renseignements», explique Fabien Thétaz, doctorant en sciences politiques à l’Université de Lausanne. «Il y a peu de scandales personnels, et ce sont plutôt des affaires de mœurs. Aucun jusqu’ici n’a concerné la corruption ou le financement de la vie politique.»

Cet état de fait s’explique entre autres par un pouvoir politique limité. «D’abord, la Suisse est un Etat fédéral, très décentralisé, dans lequel les cantons conservent la souveraineté. Ensuite, c’est un pays très libéral où beaucoup de tâches sont assumées par le secteur privé. La démocratie directe limite aussi le champ d’action du Parlement. De plus, le système d’élection est à la proportionnelle, ce qui fait qu’aucun parti n’est majoritaire, contrairement à la France.»

Les enjeux étant à ce point restreints, on ne peut s’étonner que depuis la création de la Suisse moderne en 1848, la fonction politique n’ait jamais été totalement professionnalisée. […]

Lire la suite sur Protestinfo

Dans la même rubrique...

Le nouveau pouvoir

La France d'Emmanuel Macron est-elle néo-protestante ? Un livre du philosophe Régis Debray.

Un contenu proposé par Blog de la Librairie Protestante

Prier sur la voie publique en France

Le principe du droit à la liberté religieuse inclut une libre pratique publique du culte de son choix.

Un contenu proposé par

Pour un nouveau regard sur l’addiction aux drogues

Le point de vue du professeur Didier Sicard, chef de service de médecine interne à l’hôpital Cochin, et président du comité français d’éthique.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinfo

Agence de presse protestante établie en Suisse romande, Protestinfo est animé par des journalistes spécialisés dans le fait religieux, en lien avec l’actualité.

Derniers contenus du partenaire

Bonne année 2018 avec les médias protestants ! Les partenaires de Regardsprotestants