« Notre Père » : la tentation de l’excellence

Blaise Menu, modérateur de la Compagnie des pasteurs et des diacres de l’Église protestante de Genève revient sur la modification de la traduction liturgique du Notre Père.

Un contenu proposé par Protestinfo

Publié le 18 juin 2017

Auteur : Blaise Menu

Lire directement l’article sur Protestinfo

Cette fois, c’est confirmé : les catholiques romains prieront autrement le « Notre Père » dès l’Avent 2017. Plusieurs fois repoussée, la décision récente de l’épiscopat français d’adopter la nouvelle traduction liturgique attire sans surprise celle des évêques suisses. Que feront dès lors les protestants romands ? Invoqueront-ils la version œcuménique standard qui prévoit toujours que Dieu ne nous « soumette point à la tentation ? » On se réjouit déjà des palabres pour la Semaine de l’unité… Ou préféreront-ils prier qu’il ne nous « laisse pas entrer en tentation » ? On n’a pas manqué de gloser sur ce changement, mais le jeu des atermoiements en vaut-il encore la chandelle ?

En 2011 déjà, la FEPS avait argumenté de manière singulière pour ne pas entrer en matière, réfrénant ainsi toute velléité romande: du côté de l’exégèse, rien à dire pourtant, ou pas grand-chose ; mais c’est la familiarité de l’usage qui l’emportait, et un attachement supposé à la formule reçue – comme si l’on ne pouvait que prier ces mots-là pour le reste du siècle. Pour une fédération d’Églises qui prétendent oser la réforme continue, voilà une bien curieuse posture que celle de la force des habitudes et du recours à la tradition ! […]

Lire la suite sur Protestinfo

Dans la même rubrique...

Faut-il demander pardon pour la domination masculine ?

Quand les offenses viennent d’un système injuste dans lequel nous vivons et auquel nous participons, comment demander pardon ?

Un contenu proposé par Servir ensemble

Le chant des Psaumes : un trésor à redécouvrir

Pourquoi devrions-nous chanter les Psaumes de la Bible ? Voilà bien une question d’actualité.

Un contenu proposé par Point-Théo

Pourquoi dit-on que Jésus est resté au tombeau trois jours et trois nuits ?

La tradition raconte que Jésus est resté trois jours et trois nuits au tombeau, bien qu’il y ait été mis le vendredi et soit ressuscité dimanche. Pourquoi ?

Un contenu proposé par Réforme

Le Mont des Oliviers, « meilleur spot pour l’éternité »

L’Ascension sur le Mont des Oliviers (Zacharie 14, 3-4 ; Actes 1, 4-11), lu et commenté par Michael Langlois, historien et bibliste.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinfo

Agence de presse protestante établie en Suisse romande, Protestinfo est animé par des journalistes spécialisés dans le fait religieux, en lien avec l’actualité.

Depuis septembre 2018, les contenus produits par Protestinfo sont à retrouver sur le site Réformés.ch.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast